Pertes et profits... | Vu d′Allemagne | DW | 29.04.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Pertes et profits...

La presse allemande de ce mercredi traite des pertes record de Daimler, le constructeur de Mercedes, et du milliard d'euros de bénéfices engrangé par la Deutsche Bank au cours du premier trimestre de cette année.

default

L'argent roi, nerf de la guerre, à la fois sauveur et démon...

Insuffisantes, voilà comment la Frankfurter Allgemeine Zeitung qualifie les mesures d'économie présentées hier par Daimler, le constructeur automobile allemand de renom. Si le personnel espère que ses sacrifices à concurrence de quatre milliards d'euros apporteront des jours meilleurs, la direction du groupe n'offre pourtant que l'espoir que cela suffira à éviter la saignée. Certes, le nouveau partenaire de Daimler a mis deux milliards d'euros au pot, mais tout cela ressemble plus à une opération d'urgence qu'à une stratégie planifiée depuis longtemps.

Deutschland Auto Daimler Pressekonferenz in Stuttgart

Pour son nouveau partenaire investisseur d'Abu Dhabi, Daimler ne va-t-il pas être un nouveau tonneau des Danaïdes ?

Normalement, les constructeurs de voitures haut de gamme sont moins victimes des aléas cycliques de la conjoncture, reprend die Welt. Aujourd'hui pourtant, le conducteur moyen préfère les voitures compactes et peu gourmandes, un segment où Mercedes a malheureusement peu à offrir. Et comme aucun renversement de tendance ne se profile à l'horizon, on peut douter du bien-fondé des pronostics de reprise pour le second semestre de cette année. Le quotidien revient aussi en première page sur les bénéfices réalisés par la Deutsche Bank au premier trimestre de cette année.

Deutsche Bank

Le géant bancaire allemand engrange aussi des bénéfices... géants !

Ce qui fait dire à la Süddeutsche Zeitung : « Josef Ackerman n'a pas eu besoin de tendre sa sébile », en allusion au patron de l'établissement financier. La Deustche Bank gagne de l'argent, même lors de la plus grave récession qu'ait jamais connu la République fédérale. Si l'on peut condamner l'ambition forcenée d'une rentabilité à tous crins, il n'empêche que la Deutsche Bank évite à l'Etat de dépenser davantage de milliards encore, pour renflouer le secteur bancaire allemand.

Vorstandsvorsitzende Deutschen Bank Josef Ackermann

L'ambitieux patron de la Deutsche Bank, Josef Ackermann, vient de prolonger son contrat...

La Tageszeitung de Berlin, reste sceptique devant cette soi-disant sensation économique. Pour la taz, il ne s'agit que d'un symptôme de la crise et non de sa fin. La Deustche Bank a profité des besoins en argent frais de l'Etat et des entreprises, ainsi que des variations de cours engendrés par la crise économique et financière pour s'enrichir. La polémique morale sur l'attitude de la Deustche Bank ne doit pas dissimuler l'urgence des réformes structurelles. Car si les banques doivent leurs bénéfices de manière indirecte à l'Etat, elles et leurs actionnaires doivent par conséquent reverser une partie de ces revenus. Sous forme d'impôts par exemple.

  • Date 29.04.2009
  • Auteur Christophe Lascombes
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/HgQv
  • Date 29.04.2009
  • Auteur Christophe Lascombes
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/HgQv
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !