Perdre Kaboul | Vu d′Allemagne | DW | 16.03.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Perdre Kaboul

La presse de ce vendredi revient sur l'Afghanistan et l'exigence formulée par Hamid Karzaï de voir toutes les troupes occidentales quitter le pays dès maintenant et non plus en 2014, comme prévu.

Le président Karzai propose aux Occidentaux de partir maintenant

Le président Karzai propose aux Occidentaux de partir maintenant

Il fallait s'y attendre, lance la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Les incidents des dernières semaines - l'autodafé d'exemplaires du Coran et l'assassinat aveugle de 16 civils par un militaire américain - ont relancé le dossier afghan. Le plaidoyer du président Karzaï pour un transfert plus rapide des compétences en matière de sécurité aux services afghans est une manœuvre de politique intérieure. En outre, le consensus au sein de l'Alliance atlantique au sujet de la date du retrait de ses soldats en 2014 est fragile. Et ceux qui veulent s'en tenir aux accords passés n'ont aucune illusion sur les objectifs qu'ils peuvent encore atteindre en un an et demi.

Afghanistan Hubschrauber

Le départ des soldats étrangers n'est pas synonyme de paix civile

Il existe bien une autre option, un compromis propose le Tagesspiegel. Ce compromis pourrait être le départ rapide des GIs tout en maintenant sur place les soldats des autres nations de l'OTAN. Ceci permettrait de détendre la situation. Cependant, un retrait plus rapide des forces occidentales coûtera certainement beaucoup d'argent. Les Afghans qui devront assurer la sécurité à la place de l'OTAN devront être très bien payés pour accomplir ce travail. Ce sera certainement à la communauté internationale de le faire.

Ce que demande le chef de l'État afghan est inexcusable, critique la Rheinische Post. Pour assurer sa survie politique et physique après le départ des soldats occidentaux, Hamid Karzaï fait des avances aux talibans. C'est une erreur funeste car ils n'ont pas besoin de lui. En outre, cela pourrait provoquer le départ en catastrophe des forces alliées, fatiguées de cette guerre sans victoire, et plonger l'Afghanistan dans une guerre civile meurtrière.

Afghanistan Kind Feld Mohn Mohnfeld Opium

Que deviendra le pays, une fois les étrangers partis ?

Même analyse dans la Süddeutsche Zeitung. Le plan audacieux du président Karzaï est un désaveu lancé aux Occidentaux. Son idée serait séduisante si elle était réaliste. Or, l'armée et la police afghanes ne seront jamais en mesure d'assurer en 2013 déjà la sécurité et la stabilité du pays. Mais ce n'est pas là le plan de Hamid Karzaï, qui veut en réalité pactiser avec les talibans et partager le pouvoir avec eux. Il veut satisfaire leur première revendication : se débarrasser le plus rapidement possible de tous les soldats étrangers. Seulement le risque d'une guerre civile est grand, car les opposants aux talibans n'accepteront pas leur retour à Kaboul sans combattre, conclut le quotidien de Munich.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Sébastien Martineau

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !