Patrimoine culturel et cultures culinaires | Europe | DW | 24.07.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Patrimoine culturel et cultures culinaires

Dans cette édition nous parlerons de la gatronomie comme patrimoine culturel, mais aussi d'une forteresse lettone, la forteresse de Daugavpils et enfin d'un des plus beaux musées du monde, le nouveau Musée de l'Acropole

16.07.2008 euromaxx deutsch kochen für anfänger gericht maultaschen

art culinaire régional: une des richesses de la cuisine européenne

Bite Me: Food in Popular Culture von Fabio Parasecoli, herausgegeben von Berg 2008 Der italienischer Journalist Fabio Parasecoli ist Spezialist in Gastronomie und lehrt an der Universität von New York. Bild: Fabio Parasecoli

"Bite me", littéralement mange-moi. La nourriture dans la culture populaire, un ouvrage de Fabio Parasecoli

Régulièrement des séminaires et des ouvrages savants – notamment après chaque élection européenne – s'interrogent sur l'identité de l'Europe. Il est un domaine où l'on ne se pose pas ces questions plus ou moins philosophiques, c'est tout simplement la cuisine, ou disons plus élégamment la gastronomie. Grâce à sa diversité culturelle, l'Europe détient naturellement une culture culinaire extrêmement riche, est–ce que l'on peut parler de patrimoine commun? Ecoutez la réponse de Fabio Parasecoli. Il est Italien, journaliste et professeur de gastronomie...

Une forteresse entre les mondes

Daugavpils est la deuxième ville de Lettonie, tout à l'Est du pays. Ce grand centre industriel de 100 000 habitants a un principal attrait touristique : sa forteresse, construite au début du 19ième siècle, le symbole de la ville par excellence. Quasi-abandonnée depuis le retour de la Lettonie à l'indépendance il y a 20 ans, la forteresse devrait bientôt renaître de ses cendres. Visite avec Marielle Vitureau, notre correspondante dans les pays baltes.

Two 2,300-year-old terracotta sculptures of the ancient goddess of victory, Nike, are displayed in the new Acropolis Museum in Athens, Greece, on Wednesday, June 17, 2008. Greece's Orthodox Church on Wednesday formally blessed the new museum, which is scheduled to open this weekend. Greek officials hope one day to display the British Museum's Elgin Marbles from the Acropolis in the glass and concrete museum despite repeated refusals from London. (AP Photo/Petros Giannakouris

Deux statues de l'ancienne déesse de la victoire Nike au nouveau Musée de l'Acropole

Coup de fouet au moral des Grecs

Direction la Grèce à présent. Après plus de trente ans de polémiques, il existe enfin ce musée. Un musée situé à 300 mètres du Parthénon, le temple le plus célèbre de la culture occidentale, le Musée de l'Acropole à Athènes. Signé de l'architecte suisse Bernard Tschumi, avec l'aide du Grec Michalis Fotiadis, il rassemble quelques 4000 objets sur un parcours qui va de 1000 ans avant Jésus-Christ jusqu'à 700 ans après. Mais pour les Grecs ce musée a une dimension supplémentaire, comme nous l'explique le journaliste grec Thanassis Kalfas.

  • Date 24.07.2009
  • Auteur Elisabeth Cadot/Jean-Michel Bos
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/IwBg
  • Date 24.07.2009
  • Auteur Elisabeth Cadot/Jean-Michel Bos
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/IwBg