Ousmane Sonko : une affaire politique et privée à la fois | Afrique | DW | 04.03.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Ousmane Sonko : une affaire politique et privée à la fois

Le leader de l'opposition sénégalaise, Ousmane Sonko, a passé une deuxième nuit en garde à vue à Dakar.

Affiche électorale d'Ousmane Sonko à la présidentielle

Affiche électorale d'Ousmane Sonko à la présidentielle

Après l'arrestation et la mise en garde à vue de Ousmane Sonko, le chef de l'opposition sénégalaise, les langues se délient. Quelques citoyens rencontrés ce jeudi à Dakar se prononcent sur ce qu'on appelle désormais "l'affaire Ousmane Sonko".

Écouter l'audio 01:56

Le reportage de Robert Adé à Dakar

 Aïcha estime que l'objectif d'Ousmane Sonko "était d'aller se rendre. Il ne devrait pas choisir ou imposer son itinéraire." Khalifa, lui, croit que "tout ce qui lui arrive est lié à la politique."

"C'est arbitraire", s'exlame Aïcha, qui estime "qu'il y a plus urgent". Et elle précise sa pensée : "L'affaire de viol reste la priorité et la plus importante selon moi."

>>> A lire aussi : Sénégal : Ousmane Sonko victime d’une cabale ?

L'arrestation d'Ousmane Sonko, le 3 mars, a donné lieu à des émeutes à Dakar

L'arrestation d'Ousmane Sonko, le 3 mars, a donné lieu à des émeutes à Dakar

Selon Mor Gassama, analyste et observateur de la vie politique nationale, il y a des non-dits dans l'affaire Sonko.

Mor Gassama estime que se rendre à la convocation du juge n'était pas de la provocation. "Avec leurs motards, dit-il, ils pouvaient lui faciliter le déplacement !"

>>> A lire aussi : De nouveaux heurts dans l'affaire Sonko au Sénégal

Quant à une éventuelle politisation de l'affaire Sonko, Macoumba Diouf, cet autre observateur et élu local, reste impartial : "Cette politisation ne lie pas la justice."

Les Sénégalais gardent encore à l'esprit les affaires Karim Wade et Khalifa Sall. Ils redoutent une répétition de l'histoire.

Écouter l'audio 38:06

Les libertés politiques en danger en Afrique?