1. Aller au contenu
  2. Aller au menu principal
  3. Voir les autres sites DW

Le procès pour viol d'Ousmane Sonko renvoyé au 23 mai

Nafissa Amadou | Avec agences
16 mai 2023

L'opposant sénégalais était absent au procès qui l'oppose à Adji Sarr. L'ex-employée d’un salon de massage affirme qu’il l’a violée et l’a menacée de mort.

https://p.dw.com/p/4RSOS
Ousmane Sonko
Ousmane Sonko a toujours réfuté les viols et les menaces dont il est accusé.Image : Seyllou/AFP/Getty Images

Ousmane Sonko n’était pas au tribunal ce mardi 16 mai. Il avait décidé d'ignorer la convocation des juges, instrumentalisés selon lui. Mais l'un de ses avocats, maître Cheikh Khoureyssi Ba, explique l’absence de son client à l’ouverture du procès par un problème de convocation et parce qu'il a craint pour sa sécurité.

"Il se trouve que les conditions minimales de comparution de monsieur Ousmane Sonko n’ont pas été réunies parce qu’à l’heure où je vous parle, monsieur Ousmane Sonko n’a même pas reçu une citation à comparaître, contrairement à madame Ndiaye. Il est notoire que monsieur Sonko est à Ziguinchor mais les gens se sont dévoué pour qu’il ne reçoive même pas cette citation. Monsieur Sonko est à Ziguinchor en principe" a-t-il expliqué.

Maître Cheikh Khoureyssi Ba affirme que son client est " injoignable parce que le joindre c’est ipso facto le faire localiser et le faire localiser c’est en faire la victime des abus qui sont perpétrés contre sa personne depuis quelques jours."

Des manifestants protestent contre l'arrestation de Barthelemy Diaz, Ousmane Sonko et Malick Gakou à Dakar le 10 novembre 2021.
Les autorités ont fait état de trois morts dans des affrontements la veille du procès. Image : SEYLLOU/AFP/Getty Images

Si l’opposant était absent à cette audience d'une vingtaine de minutes, son accusatrice, Adji Sarr, était bien présente dans un palais une nouvelle fois placé sous haute protection policière. 

Son avocat, maître El Hadj Diouf, réfute la thèse d’Ousmane Sonko selon laquelle cette affaire a pour seul objectif de l’écarter de la présidentielle de 2024.

" Ça n'a absolument rien à voir avec des élections. C’est un procès entre une femme et un homme et chacun doit venir avec ses preuves devant le public. On va échanger, on va discuter toutes les preuves à la barre. Et le tribunal, dans son intime conviction, va trancher " insiste l'avocat de la plaignante.

Des partisans du leader de l'opposition Ousmane Sonko, qui a été arrêté à la suite d'accusations d'agression sexuelle, participent à une manifestation devant le tribunal de Dakar, au Sénégal, le 8 mars 2021.
Sonko a reconnu être allé se faire masser pour apaiser des douleurs de dos chroniques pendant le couvre-feu en vigueur lors de la pandémie de Covid-19. Image : REUTERS

"Nous, nous sommes là pour défendre notre leader "

Toutes les rues menant au domicile d’Ousmane Sonko sont restées bloquées par des jeunes supporteurs de l’opposant. Des jeunes qui montaient la garde dans les rues de la ville avec le visage masqué, barres de métal ou cailloux à la main. Il disent être là pour " défendre notre leader. C'est nous qui allons décider qui va aller à l'élection présidentielle et qui ne va pas y aller... On sait que Macky Sall ne va pas y aller, ne va pas se présenter parce qu'il a fait deux mandats consécutifs. Il ne va pas y aller. Qu'il laisse Ousmane Sonko tranquille s'il veut que le Sénégal soit en paix, qu'il laisse Ousmane Sonko."

"Si Ousmane Sonko n'est pas candidat, que Macky Sall sache qu'il n'y aura pas d'élections au Sénégal. Hier, la police a essayé de nous humilier comme si nous n'étions pas sénégalais. Nous allons rester là pour défendre notre leader", insiste un autre jeune.

Le procès a été renvoyé d’office au 23 mai prochain. Ousmane Sonko sera-t-il là ou pas ? Son avocat a affirmé que "son intention d’être là a été affirmée et réaffirmée".

Nafissa Amadou Journaliste au programme francophone de la Deutsche Welledw_afrique