Optimisme mesuré après la conférence sur la Libye | International | DW | 20.01.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Optimisme mesuré après la conférence sur la Libye

Au lendemain de la conférence de Berlin sur la Libye, les acteurs politiques et experts allemands reconnaissent qu’un pas a été  franchi. Mais l’Allemagne et l’Europe doivent faire plus, insistent-ils.

Angela Merkel s'entretient avec les parties impliquées dans le conflit libyen.

Angela Merkel s'entretient avec les parties impliquées dans le conflit libyen.

La chancelière Angela Merkel a exclu dimanche (19.01.20) une intervention militaire en Libye. Sa ministre de la Défense Annegret Kramp-Karrenbauer y était favorable en envisageant une participation de la Bundeswehr à une mission internationale de stabilisation sur le terrain. Cette idée est également soutenue par l'opposition libérale du FDP.

Selon l’agence de presse allemande dpa, le chef du parti CSU, Markus Söder, qualifie la conférence de Berlin de "contribution importante pour le processus de paix", et même de "pas très important non seulement pour l’Europe mais aussi pour l’Allemagne et naturellement pour la Libye"

Les migrants oubliés

Sur Twitter, le ministre des Affaires étrangères Heiko Maas, membre du SPD, se félicite au contraire d'avoir atteint "[son] objectif". L'euro-député du même parti social-démocrate Dietmar Köster est plutôt resté sur sa faim sur la question des immigrés africains qui partent de la Libye pour l’Europe :

"L’Union européenne a une grosse responsabilité s’agissant des droits de l’Homme. La Libye, la Méditerranée restent la frontière la plus meurtrière du monde. Depuis les années 2000, 35 000 enfants, des mineurs non accompagnés, des femmes et des hommes se noient, cela doit cesser. Cet aspect a été trop peu abordé lors de la conférence."

Dietmar Köster ajoute que l’UE peut agir dans la résolution de la crise humanitaire en cessant par exemple de criminaliser les navires de sauvetage en mer.

Mittelmeer Rettungsschiff Eleonore (picture-alliance/dpa/J. Filous)

Navire de sauvetage en Méditerranée

L'ONG Mission Lifeline a ainsi critiqué le manque de résultats concrets de la conférence de Berlin sur le sort des réfugiés qui ont besoin de secours en mer. L'organisation regrette que "les morts en masse qui surviennent en Méditerranée" n'aient même pas été évoquées lors de la conférence.

Le politologue et expert de la Libye au sein de la Fondation allemande de Science politique (SWP), Wolfram Lacher constate en revanche que la conférence de Berlin n'a pas changé fondamentalement la donne.  "Les Etats se sont entendus sur un texte, mais leurs positions n’ont pas du tout changé. Nous ne sommes pas encore dans une situation où ces pays sont convaincus qu’une solution militaire n’est plus possible", analyse-t-il sur un plateau de la première chaîne de télévision allemande.  

L'opposition écologiste a annoncé qu'elle étudierait avec un sens critique aigu et une attention particulière toute demande du gouvernement allemand en vue d'une intervention militaire en Libye.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !