Mort de Sankara : Pourquoi le procès n′est pas filmé ? | Afrique | DW | 13.10.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Mort de Sankara : Pourquoi le procès n'est pas filmé ?

Des ONG voulaient que le procès des assassins présumés de Thomas Sankara soit filmé. Mais, la justice s'y est opposée.

Thomas Sankara le père de la révolution burkinabè

Thomas Sankara le "père" de la révolution burkinabè

Peu avant le début du procès sur les circonstances de l’assassinat en 1987 de Thomas Sankara, des organisations de la société civile, avaient émis le vœu qu’il soit retransmis en direct à la télévision et à la radio, à l’image des tribunaux populaires de la révolution initiée par Thomas Sankara.

Cette démarche, selon le capitaine président assassiné, répondait à un impératif de dissuasion et avait une valeur historique. Paradoxe, 37 ans après son meurtre, son jugement est interdit d’enregistrement.

Grande déception

La déception est grande pour de nombreux Burkinabè de constater que le procès de l’assassinat Thomas Sankara et de ses douze compagnons ne sera pas enregistré ou filmé même par la direction de la communication des forces armées. 

De nombreux Burkinabè continuent de rendre hommage à Thomas Sankara

De nombreux Burkinabè continuent de rendre hommage à Thomas Sankara

Lire aussi →Le procès Thomas Sankara suspendu pour deux semaines

Le juge Urbain Meda, président de la chambre de jugement de première instance du tribunal militaire de Ouagadougou, n’a pas accédé à la requête des avocats de la partie civile. 

Cette décision est inopportune de l’avis du secrétaire général du comité international du mémorial Thomas Sankara.

"Nous sommes un peu dégoûtés. Dans les grandes démocraties, il y a toujours une histoire. Le déroulement effectif de ce procès longtemps attendu partout dans le monde méritait que des historiens, des chercheurs puissent dans vingt ans, trente ans, cinquante ans s’y pencher", estime Luc Damiba. 

Thomas Sankara assassiné le 15 octobre 1987

Thomas Sankara assassiné le 15 octobre 1987

La défense satisfaite

La défense qui a plaidé pour l’interdiction d’enregistrement de ce procès, est plutôt satisfaite de cette décision du tribunal qui, pour elle, répond à des principes juridiques préétablis. 

Maître Moumouny Kopiho, avocat de la défense, a vivement insisté sur le fait qu’il ne souhaiterait pas se voir filmer ou enregistrer au cours d’une audience même emblématique.

"J’ai demandé que la loi soit appliquée. La loi dit qu’on n’enregistre pas les procès. Et on vient demander de déroger à la loi parce que c’est un dossier emblématique. Respectons notre justice", explique l'avocat.

Blaise Compaoré est accusé d'avoir commandité l'assassinat de Thomas Sankara

Blaise Compaoré est accusé d'avoir commandité l'assassinat de Thomas Sankara

Lire aussi →Procès Thomas Sankara : ce sera sans Blaise Compaoré

Un acte pas pourtant illégal

L’enregistrement audiovisuel des audiences n’est pourtant pas illégal au Burkina Faso, soutient maître Séraphin Somé, avocat de la partie civile.

"Contrairement à ce que le tribunal a avisé comme disposition, autorisant de ne pas permettre d’enregistrer, il y avait pourtant d’autres dispositions dans notre code de procédure pénale qui prévoient qu’on puisse enregistrer les débats au cours d’un procès", fait savoir maître Séraphin Somé.

Écouter l'audio 02:03

Les précisions de notre correspondant au Burkina Faso

L’argument principal de la défense, brandissant un journal en guise d’exemple, de ne pas voir des questions de sécurité nationale divulguées par la presse semble avoir convaincu le tribunal. 

Lire aussi →Affaire Sankara, Paris remet le dernier lot de documents déclassifiés au Burkina