Marikana : très peu de mineurs ont repris le travail | Afrique | DW | 20.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Marikana : très peu de mineurs ont repris le travail

En Afrique du Sud, cinq jours après que la police a tué au moins 34 manifestants qui demandaient des augmentations, la compagnie Lonmin menace de licencier les grévistes s’ils ne reprennent pas le travail ce mardi matin.

default

Lonmin Mine Platin Afrika Südafrika Rustenburg

A Marikana, près de Johannesburg, la compagnie minière Lonmin a lancé un ultimatum aux grévistes. Elle menace de les licencier s'ils ne reprennent le travail. Scott Matone, journaliste au quotidien le Times à Johannesburg, assure que des 4000 grevistes, très peu ont repris le travail aujourd'hui. Et selon Véronique Tadjo, écrivaine ivoirienne et enseignante à l'université de Witwatersrand à Johannesburg, la situation est encore plus délétère :

«Tout le monde est encore plus choqué et on se demande dans quel monde ils vivent pour faire une menace pareille après une telle tuerie. Tout ce qu’ils ont pu dire, c’est : si vous ne reprenez pas le travail vous allez être licenciés. C’est absolument extraordinaire et je pense que ça, ça va augmenter le traumatisme. »

Le massacre de Marikana a été une opportunité pour Julius Malema, l'ancien président des jeunes de l'ANC, le Congrès national africain, au pouvoir. Samedi dernier, il s'est rendu sur le lieu du massacre pour encourager les grévistes à poursuivre leur lutte. Il a également accusé l’ANC d’être responsable de la pauvreté qui sévit en Afrique du Sud. Mais Paul-Simon Handy, directeur de recherche à l'Institut d'Etudes de Sécurité de Pretoria, l'ANC fait de son mieux pour s'occuper de la population :

« Le gouvernement de l’ANC s’est trouvé confronté à une tâche qu’il était assez difficile d’accomplir sans qu’il n’y ait de la casse, de changer les conditions de vie de tout l’ensemble de la population sud-africaine pauvre. L’ANC aura besoin de beaucoup plus de temps pour le faire. Je pense que le travail accompli depuis 1994 est plutôt remarquable. Le bilan de l’ANC n’est pas mal du tout. Ce qui est dommage, c’est le voir le népotisme et la corruption grandir dans un mouvement dont le leadership ne semble plus en mesure de trouver des idées nouvelles pour le devenir de ce pays. »

Concernant les blessés et autres personnes décédées, la direction du groupe minier Lonmin a promis de payer les frais des enterrements et les frais médicaux des blessés. La liste des morts, des blessés, et des personnes arrêtées a été rendue publique, mais beaucoup peinent toujours à retrouver leur parents. Jacob Zuma, le président sud-africain a annoncé une semaine de deuil national.

La rédaction vous recommande