La nouvelle charte de la transition adoptée au Mali | Afrique | DW | 21.02.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La nouvelle charte de la transition adoptée au Mali

Le Conseil national de la transition valide la charte sans préciser la durée de la transition au Mali.

La transition pourrait durer jusqu'à cinq ans au Mali

La transition pourrait durer jusqu'à cinq ans au Mali

Au Mali, la nouvelle charte de la transition a été adoptée à l'unanimité par les membres du Conseil national de la transition, qui fait office de Parlement intérimaire : 120 voix pour, zéro contre et zéro abstention.

La session plénière de ce matin [21.02.22] n'a toutefois pas précisé le point le plus important, à savoir la durée de la transition.

>>> Lire aussi : Des exigences et un ultimatum à la junte au pouvoir au Mali

Les portefeuilles ministériels devraient augmenter dans la nouvelle charte et le colonel Assimi Goïta ne serait pas pressenti pour être candidat à la prochaine élection présidentielle. Mais rien n'est encore sûr sur ce point.

Recommandations des assises nationales

Dans la nouvelle charte de la transition malienne, une place de choix est accordée à, je cite, "l'application intelligente" des recommandations des assises nationales, qui se sont tenues en décembre dernier dans tout le pays ainsi qu'au sein de la diaspora.

26 nouveaux membres vont rejoindre les 121 conseillers du CNT déjà en poste.

Assimi Goïta et son Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga

Assimi Goïta et son Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga

>>> Lire aussi : Retrait français du Mali : que va faire la Bundeswehr ?

Mais sur la durée de la transition, on devra encore attendre pour en savoir davantageAboubacar Sidick Fomba, membre du Conseil national de la transition, explique que "le délai de la transition sera fixé conformément aux recommandations des assises nationales de la refondation (six mois à cinq ans)".

Il précise que le CNT a "demandé au gouvernement de [...] fournir un calendrier acceptable et qui répond aux normes de la refondation. Autrement dit, c'est lorsque le président nouvellement élu entrera en fonction que la transition prendra fin."

Des critiques de l'opposition

Au sein du Cadre d'échanges des partis et regroupements politiques pour une transition réussie, Abdoulaye Coulibaly critique de son côté l'adoption du projet de loi portant révision de la charte de la transition :

Ce sont eux qui ont dit à la communauté internationale qui leur faut 18 mois, on leur a donné 18 mois, mais ils ont failli. Donc je pense qu'au lieu de réviser cette charte aujourd'hui, ils devraient convoquer le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga et le chasser de la tête du gouvernement. Une chose est sûre, ce gouvernement, pour nous, c'est fini. C'est pour cela que nous n'allons jamais reconnaitre ce gouvernement au-delà du 25 mars.”

L'élargissement du gouvernement et du Conseil national de transition pourrait favoriser, selon certains observateurs, un apaisement du climat politique du pays.