Macabre découverte à Deraa | International | DW | 17.05.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

Macabre découverte à Deraa

Une fosse commune aurait été découverte à Deraa, en Syrie, d'après des défenseurs des droits de l'Homme. Il est question de plusieurs dizaines de corps, probablement ceux de protestaires anti-Assad.

default

Un tank de l'armée syrienne, à Deraa, le 25 avril

Le ministère syrien de l'Intérieur vient de porter un dementi formel à l'existence d'une quelconque fosse commune, dans la vieille ville de Deraa. Pourtant, lundi, Ammar Qorabi, activiste et militant de l'Organisation nationale pour les droits de l'Homme en Syrie, a revélé, depuis l'Egypte, la découverte de cette "fosse commune" à Deraa, dans le sud de la Syrie, foyer de la contestation contre le régime du président Bachar al-Assad.

Un charnier aurait en effet été découvert par les habitants de la ville, située à 100 km de Damas, la capitale. Il est important de rappeler que le 25 avril, les militaires puissamment armés avaient investi Deraa pour mâter le mouvement de constetation. Les forces armées pourchassaient les protestaires jusque dans les mosquées.

Elles n'ont pas hésité à tirer à balles rélles. Au moins 26 pesonnes ont été tuées, dont des femmes et des enfants. Dès les premières heures, l'Organisation syrienne des droits de l'Homme avait évoqué des crimes de masse et accusé Damas d'avoir fait disparaître des corps de manisfestants tués.

Syrien Präsident Bashar Assad 24.04.2011

Le président Assad continue d'ignorer les appels à cesser la violence

Une vidéo qui dérange

C'est cette même Organisation syrienne des droits de l'Homme qui a dévoilé une video internet tournée à Deraa, lieu où ces crimes auraient été perpétrés. On y voit trois hommes bien protégés, en train d'exhumer des cadavres enfouis dans une fosse commune. Dans ce même trou et selon l'ONG, des dizaines de corps humains auraient été jetés par les autorités militaires. Cette découverte sonne comme un affront médiatique pour le régime de Bachar el-Assad, quand on sait que ce dernier empêche, depuis le déclenchement des contestations, les journalistes étrangers à se rendre en Syrie.

Les autorités syriennes ont démenti l'existence de ce charnier, dénonçant une campagne calomnieuse des médias pour destabiliser la Syrie. Mais ces révélations pourraient inciter la communauté internationale à hausser le ton contre Damas. Car rien ne semble indiquer une sortie de crise et on déplore déjà plus de 700 morts.

Auteur : Bob Barry
Edition : Jean-Michel Bos, Sébastien Martineau

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !