L’homme du passé | Afrique | DW | 05.04.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

L’homme du passé

Moussa Koussa, l'ancien ministre des Affaires étrangères libyen, s'est réfugié en Grande-Bretagne. Un transfert qui embarrasse les chancelleries car la justice écossaise veut l'interroger sur l'attentat de Lockerbie.

La défection de Moussa Koussa est présenté comme un succès diplomatique par les Occidentaux

La défection de Moussa Koussa est présenté comme un succès diplomatique par les Occidentaux

L’attentat sur le vol 103 de la Pan Am qui avait explosé en vol au-dessus de la ville écossaise de Lockerbie avait causé la mort de 270 personnes en 1988. L'enquête de cet attentat n'a jamais été refermée et la justice écossaise souhaite donc entendre celui qui à l'époque des faits dirigeait les services de renseignements libyens. Le FBI souhaiterait d'ailleurs aussi interroger Moussa Koussa. Le problème est que celui-ci a été présenté comme une défection majeure dans le camp de Kadhafi, une victoire diplomatique de premier rang. Or, l'action de la justice écossaise risque de ruiner ces efforts car les proches de Kadhafi y réfléchiront à deux fois avant de fuir s'ils risquent de se retrouver en prison.

C'est sans doute la raison pour laquelle le gouvernement américain a décidé de lever les sanctions financières et notamment le gel des avoirs financiers décidés à l'encontre de Moussa Koussa. David Cohen, le sous-secrétaire d'Etat au Trésor américain, a déclaré que cette mesure « doit encourager tous ceux qui pensent abandonner le régime Kadhafi ».

William Hague (à gauche), a assuré qu'il n'y aurait pas d'immunité pour Moussa Koussa

William Hague (à gauche), a assuré qu'il n'y aurait pas d'immunité pour Moussa Koussa

Immunité négociée

Les parents des victimes de l'attentat de Lockerbie redoutent que les capitales occidentales offrent à Moussa Koussa l'immunité en échange de sa collaboration. Mais William Hague, le ministre britannique des Affaires étrangères, a nié toute négociation sur ce point : « Moussa Koussa n'a pas reçu d'offre d'immunité de la part du gouvernement britannique ou de la justice internationale. Nous avons rencontré des représentants de la police écossaise afin d'examiner leur requête visant à l'interroger à propos de l'attentat de Lockerbie. Nous allons encourager Moussa Koussa à coopérer pleinement avec les autorités chargées de l'enquête, en relation avec cet attentat mais aussi avec tous les autres sujets qui sont liés au passé de la Libye comme soutien du terrorisme. »

Car Moussa Koussa n'a pas choisi le meilleur pays pour s'exiler. Outre l'attentat de Lockerbie, le gouvernement libyen a par le passé livré des armes et des explosifs à l'Armée républicaine irlandaise et est responsable du meurtre d'une femme policière britannique, abattue depuis l'intérieur de l'ambassade de Libye à Londres en 1984. Moussa Koussa pourrait avoir à répondre de toutes ces accusations.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Elisabeth Cadot

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !