Les rebelles du M23 menacent de marcher sur Goma | Afrique | DW | 03.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les rebelles du M23 menacent de marcher sur Goma

Face au M23, mieux armé et entraîné, le représentant spécial de l'ONU pour la RDC, Roger Meece, a mis en doute devant le Conseil de sécurité, la capacité de l’armée à résister à l'avancée des rebelles vers Goma.

Les Nations unies aussi parlent de menace imminente sur Goma. Même si pour le gouvernement central à Kinshasa, il est inconcevable que cette ville soit abandonnée à son sort. Toutefois, sur le terrain la réalité est tout autre, surtout avec la présence des insurgés à 20 km seulement de cette ville.

Selon l'envoyée spéciale de la DW sur place, Simone Schlindwein, les hommes du M23 sont positionnés de part et d'autre dans les localités stratégiques environnantes de Goma et ils menacent de prendre la capitale provinciale. Comme l’exprime le chef du M23, Sultani Makenga, qu’elle a rencontré :

Kazarama haelt eine Rede Kongo

Sultani Makenga lors d'un rassemblement à Rutsuru

« L’évolution de la situation dépend maintenant du gouvernement. Si le gouvernement veut régler le conflit par les armes, alors nous allons nous battre. S’il choisit la voie de la paix, alors nous allons négocier. S’il faut nécessairement marcher sur Goma et prendre la ville, pour cela aussi nous sommes prêts. La fin de ce conflit dépend du gouvernement. »

Goma, refuge pour de nombreux habitants

Pour l’instant, les autorités congolaises, que nous avons essayé de joindre en vain, ne semblent pas privilégier des négociations directes avec les rebelles. Elles essayent plutôt, sur le plan diplomatique, de mettre la pression sur le Rwanda qu’elles accusent d’être le mentor des insurgés. Mais en attendant, Kinshasa ne voit pas le mouvement M23 prendre la ville de Goma.

Gasgi Wumi mit ihrem Kind Kongo

Gasgi Wumi et l'un de ses enfants, début août à Goma

D'autant que de nombreuses troupes des Nations unies y assurent la sécurité et qu'elle abrite des milliers de civils venus s'y réfugier, à l’instar de Mumi Gasagi :

« J’ai fui les atrocités à Kibumba avec mes cinq enfants. Ici, nous n’avons rien à manger et nous dormons à la belle étoile. La nuit, les bandits nous attaquent. »

Dans un camp de refugié à Goma, jeudi dernier, le Programme alimentaire mondial (PAM) a dû interrompre ses activités, à cause des civils qui se battaient pour des rations alimentaires. Deux des agents du PAM ont été blessés lors des altercations. Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé aux rebelles du mouvement M23 de cesser toute avancée vers la ville de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu.

Le gouvernement de la RDC a réagi par rapport aux propos du chef du mouvement M23 et à la déclaration du Conseil de sécurité des Nations unies demandant aux pays voisins de ne pas soutenir le mouvement rebelle M23 qui sévit dans l’est du pays. Écoutez ci-dessous, le ministre de la Communication et des Médias, Lambert Mende Omalanga.

Écouter l'audio 02:07
Now live
02:07 min

"Nous n’allons pas discuter avec les employés mais avec le patron, le Rwanda…" (Lambert Mende, ministre congolais de la Communication)

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !