Les partisans de Charles Blé Goudé crient victoire | Afrique | DW | 29.05.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les partisans de Charles Blé Goudé crient victoire

La décision de la Chambre d'appel de la CPI de révoquer une partie des conditions de mise en liberté imposées à Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, fait réagir leurs partisans. Les deux hommes peuvent désormais voyager

La chambre d'appel de la Cour pénale internationale a maintenu jeudi 28 mai 2020, l’arrêt prononcé contre l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et son ministre Charles Blé Goudé. Mais les conditions de leur mise en liberté sont allégées.

Ils sont libres de leurs mouvements

Désormais, Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo peuvent se rendre ou aller vivre dans l’un des 134 Etats parties au statut de Rome et donc en Côte d’Ivoire également. Mais à une condition toutefois : que les autorités du pays acceptent de les accueillir.

Écouter l'audio 01:02

"Ce verdict vient leur donner la liberté que jouit un être humain..." (Léon Jean-Claude Esmel Djedjes)

Les deux hommes demeurent en liberté conditionnelle. Toutefois, leurs partisans parlent de victoire.

Pour Léon Jean-Claude Esmel Djedjes, le représentant du Congrès panafricain pour la justice et l'égalité des peuples (COJEP), le parti de Charles Blé Goudé en Allemagne, c'est une décision importante qui renforce leur acquittement

"En tant que représentant du COJEP en Allemagne, pour moi c’est une fierté et une joie. Ce verdict vient leur donner la liberté que jouit un être humain, libre de ses mouvements et de toutes ses actions."

Les conditions de leur mise en liberté allégées.

Dans son communiqué, la Chambre d’appel a révoqué les dispositions suivantes :

"(1) Ne pas se déplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident dans l’État d’accueil, à moins d’y avoir été expressément autorisés au préalable par la Cour

(2) Remettre au Greffe toutes les pièces d’identité dont ils disposent, en particulier leur passeport

(3) Se présenter chaque semaine auprès des autorités de l’État d’accueil ou auprès du Greffe

(4) Se conformer à toute autre condition raisonnable imposée par l’État dans lequel ils seront libérés."

En revanche "les autres conditions restent en vigueur.

 

 

La rédaction vous recommande