Les pêcheurs de Casamance dénoncent les pratiques des bateaux étrangers | Afrique | DW | 12.02.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les pêcheurs de Casamance dénoncent les pratiques des bateaux étrangers

Les pêcheurs artisanaux de Casamance contestent les derniers accords de pêche entre le Sénégal et l'Union européenne et demandent leur résiliation.

Comme partout au Sénégal, les derniers accords de pêche conclus entre le gouvernement sénégalais et l'Union européenne ne satisfont pas les pêcheurs artisanaux de la Casamance. Ils estiment que les bateaux étrangers seraient à l'origine de la disparition des poissons dans les eaux sénégalaises.

Écouter l'audio 02:10

Ecoutez le reportage de notre correspondant en Casamance

Abdoulaye Dabo, un jeune pêcheur rencontré au quai de pêche de Ziguinchor, explique les raisons qui motivent le rejet de ces accords :

'"Les accords de pêche ne nous arrangent pas parce qu'à chaque fois nous sommes dans des périodes de crise pour avoir du poisson, on ne peut pas avoir le poisson qu'il faut. Si on signe des accords de pêche avec l'Europe, ça nous pose un problème ensuite.''

Abdoulaye Dabo révèle que beaucoup de jeunes pêcheurs de la région sont en train d'abandonner la pêche pour prendre le chemin de l'émigration clandestine vers l'Espagne à cause de cette situation :

'"Si vous voyez que les jeunes prennent les pirogues pour aller en Espagne, c'est parce qu'il n'y a plus de travail. Ce sont des anciens pêcheurs. Tu fais presque toute une saison, tu ne peux même pas avoir 100.000 francs CFA. Donc on ne peut pas rester comme ça en tant que soutien de famille.''

Appauvrissement des ressources

Assane Goudiaby, rencontré à bord de sa pirogue, accuse les armateurs étrangers de capturer les alevins pour en faire des appâts.

''Je ne suis pas d'accord avec la manière dont ils pêchent les poissons. Ils attrapent des tonnes de petits poissons qu'ils vont ensuite jeter en profondeur pour attirer les gros poissons qu'ils vont ensuite pêcher''.

Le président sénégalais Macky Sall continue à défendre les accords passés avec l'UE

Le président sénégalais Macky Sall continue à défendre les accords passés avec l'UE

Ousmane Diaouné, président régional à Ziguinchor du Conseil national interprofessionnel de la pêche artisanale au Sénégal (CONIPAS), une structure qui défend l'intérêt des pêcheurs artisanaux, est du même avis que ces derniers :

'"C'est vrai que l'une des principales causes de la rareté des ressources halieutiques est liée justement à cette pression des bateaux étrangers. Vous savez, les bateaux étrangers, ils ont des filets de pêche... Donc, on ne peut pas dire au filet va me pêcher uniquement le thon Ils ne sont pas suffisamment contrôlés. L'idéal serait peut-être de revenir en arrière pour que ces bateaux, ne serait-ce que durant une année, ou bien deux ou trois ans, ne reviennent plus. Alors c'est sûr qu'on va constater la régénération de la ressource."

Le président sénégalais Macky Sall s’est prononcé sur cette question le 31 décembre dernier et il a indiqué que les bateaux européens pêcheraient une espèce non consommée au Sénégal. Il a par ailleurs souligné que cette espèce se trouverait en eau profonde, donc elle ne pourrait pas être convoitée par les pêcheurs artisanaux.