Les manifestations au Soudan et la RDC au menu de la presse | Vu d′Allemagne | DW | 28.12.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Les manifestations au Soudan et la RDC au menu de la presse

Les manifestations contre la hausse du prix du pain qui secouent le Soudan ainsi que la situation politique en République démocratique du Congo ont attiré l’attention des journaux allemands cette semaine.

"Tout a commencé par des manifestations contre la hausse du prix du pain mais les contestations ont vite viré vers l’appel à démissionner du président Omar el-Béchir", note la Tageszeitung.   

La journaliste du quotidien de Berlin fait savoir tout de même que les contestations contre la vie chère dans ce pays ne sont pas nouvelles. La police et l’armée sont aussi connues pour réprimer sévèrement de tels soulèvements.
"Mais la violence de ces derniers jours est inédite", écrit-elle, rappelant au passage que 37 manifestants ont été tués à la date du 25 décembre, selon Amnesty International. 

Des manifestations sans précédent 

L’ampleur de la protestation est aussi sans commune mesure : "Cette fois, elle a dépassé les limites de la capitale Khartoum et a atteint d’autres villes comme Atbara, dans l’est du pays". Quand au président Béchir, il a promis de nouvelles réformes, comme d’habitude quand il y a des manifestations. Mais il n’a jamais rien réformé, conclut le journal. 

Sudan Protest gegen die Regierung in Khartum (Reuters/M.N. Abdallah)

Parmi les manifestants il y en qui réclament aussi "la chute du régime".

"Répression sanglante", a titré de son côté la Frankfurter Allgemeine Zeitung qui accuse le président el-Béchir d’avoir alimenté la tension en traitant les manifestants "d’agents de l’extérieur, de mercenaires, et de traîtres". 

Sur le plan économique, officiellement le taux d’inflation par an est estimé à 70%. Mais il atteindrait en réalité près de 197%, à en croire l’économiste Steve Hanke de l’université de Baltimore aux Etats-Unis, interrogé par le quotidien de Francfort.   

Sudan Präsident Omar El Bechir (AP)

Le président Béchir, 74 ans, avait tenté lundi de calmer le mécontentement en promettant d'entreprendre de "vraies réformes" pour remédier à la crise économique.

Pour sa part, Omar el-Béchir attribue ses problèmes économiques au boycott de l’Occident qui mènerait une guerre à son pays, à sa dignité et à sa religion musulmane, ce qu’il n’est pas prêt, selon lui, à échanger contre du blé ou des dollars. 

Mais la Frankfurter Allgemeine Zeitung rappelle tout de même la levée des sanctions américaines en octobre 2017 contre le Soudan en vue de soutenir les efforts de paix du gouvernement. 

 

Des élections incertaines en RDC 

La situation politique en RDC a aussi été un sujet de préoccupation cette semaine dans la presse allemande. L’envoyé spécial de la Süddeutsche Zeitung a assisté à un meeting d’Emmanuel Shadary à Bumba, dans la province de l’Equateur. 

"Après avoir fait attendre ses sympathisants pendant plus de sept heures, il a tenu un discours de seulement cinq minutes", rapporte le journaliste qui s’interroge : "Pourquoi Shadary a-t-il fait un si long voyage, avec de surcroît un avion qui n'est pas autorisé entrer dans le territoire de l'Union européenne pour des raisons de sécurité, s'il n'a pas grand-chose à dire ?"

Le quotidien de Munich informe ses lecteurs allemands que le candidat du pouvoir est peu connu et pas populaire."Mais le pouvoir a tout fait pour qu’il ait des chances en invalidant la candidature de deux poids lourds de l’opposition à savoir Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba". 

Ainsi, avec une majorité simple, il pourrait l’emporter, aider en cela par la machine à voter décriée par l’opposition, analyse le quotidien. 

La Tageszeitung revient aussi sur le report partiel des élections générales. L’interdiction électorale de près d’1,2 million de personnes dans l'est du Congo laisse la plupart des membres du groupe ethnique Nande, le groupe ethnique le plus important de la province du Nord-Kivu, sans voix, observe le journal.  

C’est très pratique pour le gouvernement, ajoute le journal, car même si les Nande ont voté massivement pour Kabila en 2006 et 2011, ils se sont depuis opposés au régime. 

En plus, Emmanuel Shadary n’a pas beaucoup de sympathisants à Beni et Butembo, explique pour conclure le quotidien de la capitale allemande. 

Publicité

Écoutez-nous!

Votre nouvelle série pour prendre soin de vous

Jusqu'en octobre, vous aurez droit à des capsules santé. Il s’agit d’une mini-série composée de courts extraits audios sur des thèmes liés à la santé et à votre bien-être.  

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !