Les dessous de la politique... | Vu d′Allemagne | DW | 18.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Les dessous de la politique...

Les journaux allemands reviennent sur la polémique déclenchée par l'attribution du prix Quadriga à Valdimir Poutine et sur le bras de fer sur le plafond de la dette entre Républicains et Démocrates, aux États-Unis.

default

Le prix éponyme de la célèbre scupture de la Porte de Brandebourg ne sera pas attribué cette année.

Le prestigieux prix allemand Quadriga, qui récompense depuis 2003 « des modèles exemplaires d'esprits éclairés et d'efforts pour le bien public » devait cette année être décerné à Vladimir Poutine, explique la Frankfurter Rundschau. Face au tollé déclenché par ce projet, les organisateurs du prix ont renoncé à son attribution cette année. Un affront au Premier Ministre russe ?

Jiri Dienstbier

Vaclav Havel (à g. avec Mikhail Gorbachev, à dr.), avait menacé de rendre son prix si Vladimir Poutine devait rejoindre les rangs des récipiendaires du Prix Quadriga.

Certes pas, commente le journal. S'il avait été attribué comme prévu à l'ex-kagébétiste, cela aurait été un affront envers d'autres défenseurs des droits citoyens comme Vaclav Havel ou Mikhaïl Gorbatchev. Au contraire de son prédécesseur, Poutine a claqué la porte ouverte à la démocratie en Russie avec des méthodes héritées de l'Ex-Union soviétique. Peut-on être aveugle au point de vouloir lui décerner un satisfecit en matière de démocratie ?


Aucun des membres du comité n'a eu le courage de s'exprimer publiquement sur ce désastre, critique die Welt. On ne pleurera donc pas la fin de cette organisation si elle ne devait pas survivre à cette polémique. Cette association a besoin d'un visage connu, de plusieurs visages connus même, pas de membres qui se cachent. Et l'Allemagne n'a pas besoin d'un prix décerné avec autant de dilettantisme et de manque de tact politique.

Le plafond de la dette

DOSSIER Schuldenkrise USA Obama Juli 2011 TEIL 3

Peu importe leurs différents, les Républicains et les Démocrates ne peuvent pas se permettre de précipiter leur pays dans l'insolvabilité.

La politique reste à l'ordre du jour de la presse allemande avec le débat acharné aux USA entre Démocrates et Républicains au sujet du montant de la dette nationale. La Frankfurter Allgemeine Zeitung estime qu'un compromis sera trouvé, quel qu'il soit. Si le débat politique sur ce dossier prend un tour alarmant, il est pourtant clair que Washington ne pourra pas éviter d'augmenter le plafond de sa dette. L'insolvabilité de cette super-puissance entraînerait une dégringolade catastrophique sur les marchés financiers. Les négociateurs des deux partis à Washington savent très bien qu'une solution doit être rapidement trouvée.


Pour les Américains, ce débat est une mine de renseignements sur leurs hommes politiques, analyse la Süddeutsche Zeitung. Dans leur grande majorité, les Républicains préfèrent empêcher la hausse des impôts que de réduire leur déficit. Même Barack Obama suit ce dossier avec une absence d'énergie remarquable, bien qu'il sache que les problèmes financiers de son pays ne peuvent pas être résolus seulement avec des coupes budgétaires. En fait, cette polémique n'est que la partie émergée de l'iceberg. Le vrai débat sur l'assainissement des finances publiques américaines ne fait que commencer, conclut le quotidien de Munich.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Yann Durand

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !