Les cités ouvrières, témoins du passé | Europe | DW | 21.07.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Europe

Les cités ouvrières, témoins du passé

A Berlin, six lotissements sociaux construits au début du 20ème siècle ont fait leur entrée au patrimoine mondial de l’Unesco. Parmi eux, la cité-jardin Hufeisensiedlung, monument historique classé depuis les années 80.

Vue d'avion de la cité ouvrière Hufeisensiedlung, cité du fer à cheval, dans le quartier de Neuköln, à Berlin. Elle a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco le 7 juillet dernier.

Vue d'avion de la cité ouvrière Hufeisensiedlung, "cité du fer à cheval", dans le quartier de Neuköln, à Berlin. Elle a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco le 7 juillet dernier.

La Huseisensiedlung, la cité dite du fer à cheval, est une de ces cités nées de l’esprit d’architectes avant-gardistes qui souhaitaient offrir aux ouvriers des usines berlinoises un lieu de vie à visage humain, différent des arrière-cours sordides du 19e siècle.

Nombre de ses habitants sont fiers de posséder une maison dans la Hufeisensiedlung, érigée entre 1925 et 1930 dans le sud de Berlin. La cité-jardin a reçu le titre de monument historique dès les années 80 et, depuis quelques semaines, la reconnaissance internationale avec l’entrée au patrimoine mondial de l’Unesco.

Une association, regroupant des habitants qui connaissent l’histoire de ce bâtiment, a été fondée dans le but de sauvegarder l’héritage culturel du lotissement.

Hufeisensiedlung, Berlin : les immeubles ne dépassent pas trois étages.

Hufeisensiedlung, Berlin : les immeubles ne dépassent pas trois étages.

Outre les grandes fenêtres laissant passer la lumière, les maisons sont dotées chacune d’un jardin. C’est également le cas des immeubles de trois étages maximum qui constituent le reste de la cité. Ces habitations ont été dotées, dès leur construction, de sanitaires, du chauffage ainsi que de balcons ; chaque pièce ne pouvant faire moins que vingt mètres carrés - des critères de construction qui constituaient pour l’époque une véritable révolution.

L’architecte Bruno Traut avait également pensé à mettre un accent sur la verdure.

Formant un ensemble architectural cohérent, la cité-jardin était jusqu’à il y a quelques années la propriété de la seule ville de Berlin. Mais pour faire face à sa dette colossale, la capitale allemande a dû vendre ce patrimoine immobilier, ce qui ne va pas sans représenter certains risques pour le monument historique.

Quelques-uns des nouveaux propriétaires remplacent ainsi les anciennes fenêtres en bois par des armatures en plastique et d’autres rafraîchissent la façade de leur maison, brisant ainsi l’harmonie des allées calmes de la Hufeisensiedlung.

Le statut de bâtiment classé au patrimoine mondial de l’Unesco pourrait cependant faciliter la protection et la conservation de la Hufeisensiedlung : ce statut rend désormais l’Etat allemand responsable de la sauvegarde de cet héritage culturel.

Un reportage à Berlin de Julien Méchaussie.

Dans cette émission également, des détails sur le site du Grand-Hornu en Belgique, ancien complexe industriel minier, qui a été transformé en musée d'art contemporain.

Le port d'Odessa, huile sur toile, par Wassilij Kandinski, 1896-98.

Le port d'Odessa, huile sur toile, par Wassilij Kandinski, 1896-98.

Découvrez aussi un reportage à Odessa en Ukraine, pour un voyage au bord de la mer Noire mais aussi un voyage dans le temps : l'histoire de cette ville est intimement lié à celle de la communauté juive qui la peuplait jusqu'à la seconde guerre mondiale.

Liens