Les Britanniques rendront-ils l′archipel des Chagos ? | International | DW | 23.05.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Les Britanniques rendront-ils l'archipel des Chagos ?

L'Assemblée générale de l'ONU vient de voter pour que le Royaume-Uni rende ces 55 îles à l'Ile Maurice. Mais les Britanniques ne semblent pas décidés à respecter la décision.

L’archipel des Chagos compte cinquante-cinq îles, situées dans le nord de l'océan Indien

L’archipel des Chagos compte cinquante-cinq îles, situées dans le nord de l'océan Indien

Le Royaume-Uni renoncera-t-il à l'archipel des Chagos dans l'Océan Indien ? Rien n'est moins sûr. Hier, mercredi 22 mai, l'Assemblée générale des Nations unies a voté à la majorité pour que les 55 îles soient rendues à l'Ile Maurice. On pourrait croire que cette décision est une avancée dans ce litige diplomatique, mais la résolution n'est pas contraignante et les Britanniques n'ont pas l'intention de rendre l'archipel. Une nouvelle sans grand espoir donc pour beaucoup de Chagossiens. 

"Une résolution qui ne règle rien"

Des personnes comme Emmanuel Ally. C'est l'histoire de sa grand-mère qui la pousse à mener ce combat pour récupérer l'île. En 1965, elle a été évacuée, avec 2.000 autres Chagossiens, vers l'île Maurice. Un exil forcé pour installer une base militaire. "Une grande partie de la première génération est décédée depuis le début du combat. Donc maintenant c'est la deuxième et la troisième générations qui se battent pour récupérer l'île", raconte-t-il aujourd'hui. "Ma grand-mère est morte malheureusement avant d'avoir vu tout ce qu'il se passe. Mais je sais qu'elle voudrait que justice soit faite pour laisser aux Chagossiens des autres générations le choix de retourner sur leur île."

Emmanuel Ally est né à Maurice et étudie aujourd'hui le droit international à Londres dans l'espoir d'un jour gagner ce combat. Mais la résolution adoptée par 116 pays qui exige que le Royaume Uni rétrocède l'archipel sous six mois ne le convainc pas. "La décision dit au Royaume-Uni de rendre l'île à Maurice mais elle ne lui appartient pas. Elle appartient aux Chagossiens. Donc cette résolution ne règle pas le problème", insiste-t-il. "La décision devrait être de rendre l'île aux Chagossiens pas au gouvernement mauritien. On ne sait pas ce qu'il va faire avec l'île. Est-ce qu'il ferait la même chose que le gouvernement britannique ou est-ce qu'il ferait le bon choix de laisser les Chagossiens vivre sur l'île ?"

Présence américaine

Il faut dire que l'archipel est très stratégique. C'est en 1965 que les Britanniques ont évacué la population pour installer une base militaire en coopération avec les Etats-Unis. Depuis les années 70, Maurice multiplie les procédures pour récupérer les îles Chagos. En février dernier, la Cour internationale de justice a rendu un avis qui va dans ce sens mais celui-ci n'a pas été respecté par Londres.

L'archipel abrite une une base militaire anglaise, en coopération avec les Etats-Unis.

L'archipel abrite une une base militaire anglaise, en coopération avec les Etats-Unis.

Hier, le Premier ministre mauricien Pravind Kumar Juqnauth a déploré l'opposition du Royaume-Uni à cette résolution. "L'île Maurice est extrêmement déçue par la posture prise par le Royaume-Uni", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Nous sommes encore plus déçus de voir que tous les arguments juridictionnels rejetés par la Cour internationale de justice sont répétés aujourd'hui et de manière beaucoup plus agressive qu'avant. On dirait qu'on est de retour en 1965."

L'ambassadrice du Royaume-Uni pour les Nations Unies  a insisté sur le rôle vital de la base militaire. Celle-ci serait "essentielle" pour la sécurité des personnes du monde entier contre le terrorisme, selon le ministère des Affaires étrangères britannique. Une installation qui a été particulièrement stratégique pendant la Guerre froide puis dans les années 2000, durant les guerres conduites en Afghanistan et en Irak. Cette nouvelle résolution intervient alors que le contrat d'exploitation de la base par les Etats-Unis a été prolongé jusqu'en 2036.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !