Le Rwanda ouvre ses frontières aux migrants bloqués en Libye | Afrique | DW | 30.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le Rwanda ouvre ses frontières aux migrants bloqués en Libye

Une soixantaine de personnes en provenance de Libye sont arrivées le 26 septembre à Kigali. Une centaine d'autres sont attendues à la mi-octobre.

Il s'agit de la matérialisation de l’accord conclu le 10 septembre dernier entre le Rwanda, l'Union africaine et le HCR, le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés. Dans cet accord, le Rwanda s’est engagé à accueillir dans un premier temps 500 réfugiés africains et demandeurs d’asile en difficulté en Libye. 

Jeudi 26 septembre, 66 personnes majoritairement originaires de la Corne de l'Afrique ont foulé le sol rwandais. Parmi eux, 27 mineurs. Tous étaient détenus dans des camps en Libye. 

Le HCR tente de leur apporter les premières assistances. Elise Villechalane est chargée des relations extérieures au bureau du  HCR à Kigali : 

"On leur fournit un logement, de la nourriture, des soins. Ce sont des personnes vulnérables qui ont vécu des traumatismes et des violences. Certaines d'entre elles ont passé beaucoup de temps en détention. L'une d'elles a même passé plus de quatre ans enfermée. Il y a également des soins psycho-sociaux avec une attention particulière pour ceux qui ont été victimes de violences sexuelles." 

 

Au nom du panafricanisme

Combien de temps ces réfugiés et demandeurs d’asile vont-ils passer au Rwanda ? Pour Olivier Kayumba, secrétaire permanent au ministère en charge des Urgences, trois solutions  s'offrent à eux : " La première est d'avoir un pays prêt à les recevoir. La seconde est le retour volontaire dans leur pays d'origine. Enfin, la dernière est de s'installer et s'intégrer au Rwanda."

Selon les détracteurs du pouvoir rwandais, Kigali entend ainsi redorer son image sur la scène internationale par ce qui constituerait une opération de charme pour faire oublier les critiques sur les atteintes aux droits de l’homme et à la démocratie. Olivier Kayumba réfute de telles allégations : "Le peuple rwandais a connu l'exil. Nous sommes donc sensibles à cette question. Ce n'est pas une opération de charme. C'est une réponse africaine à un problème africain. Pour nous, c'est cela le panafricanisme."

A la mi-octobre, 125 personnes devront être rapatriées de la Libye en direction du Rwanda. Le HCR  invite le reste du continent à suivre l’exemple rwandais. Elise Villechalane du HCR espère "que l'exemple rwandais sera suivi par d'autres pays pour venir en aide à tous ces refugiés qui sont coincés en Libye et qui ont besoin d'aide."

Le président Paul Kagame a pris l'engagement d'accueillir ces réfugiés à la suite de la diffusion par la chaîne américaine CNN d’un reportage sur les trafics d’esclaves dont seraient victimes des milliers d’Aafricains bloqués en Libye. 

Selon l’ONU, plus de 40.000 réfugiés africains se trouvent actuellement dans ce pays. Et plus de 3.000 d’entre eux seraient détenus dans des camps.