Le Rwanda, champion du ramassage des ordures | Coupe du monde de football 2018 | DW | 14.11.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

Le Rwanda, champion du ramassage des ordures

Kigali, la capitale rwandaise, est connue pour être un modèle de propreté sur le continent africain. Tous les quartiers sont mobilisés et les habitants mettent la main à la pâte pour garantir l'hygiène de leur ville.

default

Les rues de Kigali sont connues pour leur propreté

Il est cinq heures trente du matin à Kigali. Alice, employée de maison, balaye l'entrée de la propriété. Ordre du patron qui, lui-même, répond aux injonctions des autorités, selon Alice : "Avant, il n'y avait pas de mur de soutainement ici. Ils nous ont demandé d'en ériger un et de planter du gazon pour que ce soit plus beau. Les autorités empruntent souvent cette route et vérifient si tout est bien entretenu."

Une taxe pour le ramassage des déchets

Dans chaque quartier, associations et autres coopératives s'occupent de l'hygiène et de la propreté. Spécialisations, nettoyages des principales artères, entretien des canalisations et ramassage des ordures. Ici aussi, les ménages sont mis à contribution : pour le ramassage des déchets ménagers par exemple, entre 1.000 et 2.000 francs rwandais par mois. Insignifiant pour certains, problèmatique pour les gagne-petit, comme en témoigne cet habitant de Kigali : "Les autorités connaissent très bien les moyens des Rwandais et devraient revoir les contributions à la base. Les Rwandais sont nombreux et même une contribution de 300 francs serait utile."

Ruanda Kigali Straße Taxi Motorrad Auto Autos

Centre ville de Kigali : pas un déchet qui traîne par terre !

Des travaux communautaires

Autre façon de contribuer à la propreté, les travaux communautaires organisés chaque dernier samedi du mois. Nicodeme y participe régulièrement, mais estime que le concept devrait être amélioré : "Ce que je regrette, c'est que la population ne s'est pas encore approprié l'initiative. Ce sont les autorités qui donnent les directives, alors que c'est la population qui devrait choisir les activités à réaliser. Les résultats en seraient meilleurs."

Les autorités affirment comprendre les préoccupations de la population mais estiment aussi que la propreté de la ville vaut bien certains sacrifices.

Le plus Web : écoutez ci-dessous le reportage de notre correspondant à Kigali, Emmanuel Rushingabigwi !

Auteur : Emmanuel Rushingabigwi
Edition : Cécile Leclerc

Audios et vidéos sur le sujet