Le retour d′Amadou Toumani Touré au Mali | Afrique | DW | 22.12.2017
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le retour d'Amadou Toumani Touré au Mali

L'événement du week-end au Mali, c'est le retour attendu de l'ancien président malien, Amadou Toumani Touré, en exil à Dakar depuis son renversement en mars 2012 par la junte dirigée par le capitaine amadou Aya Sanogo.

Écouter l'audio 01:59
Now live
01:59 min

"Ce retour va mettre les Maliens en phase avec leur propre conscience" (Naffet KEITA)

Ses partisans attendaient ce moment avec grande impatience. Après près de six ans d'exil l'heure du retour au bercail a sonné pour l'ancien président malien Amadou Toumani Touré. Ce sera ce dimanche 24 décembre 2018 et c'est l'avion de commandement du président IBK qui devrait ramener de Dakar celui que le président malien appelle son frère. Un retour à quelques mois du scrutin présidentiel au Mali.

Des visées électoralistes derrière ce retour? 

Ibrahim Boubacar Keita Mali Präsident (picture alliance/dpa)

C'est l'actuel président qui a annoncé le retour de son prédecesseur

"Je ne vois pas le bénéfice que pourrait en tirer le président en exercice", déclareNaffet Keita, enseignant chercheur à l'université des lettres arts et sciences humaines de Bamako. "Mais ce retour va mettre les Maliens en phase avec leur propre conscience, parce que beaucoup de gens ne voient pas comment le président ATTT a eu à démissionner. C'est beaucoup plus un retour à l'ordre constitutionnel. Ce n'est pas la transition qui a restauré l'ordre constitutionnel, ce n'est pas l'élection de 2013, mais c'est le retour d'ATT qui va consacrer le retour à l'ordre constitutionnel."

Le retour de l'ancien président malien suscite beaucoup d'enthousiasme au sein de la société. Peu de voix s'élèvent aujourd'hui contre ce qui pourtant avait un moment suscité de vifs débats. 

Mali Junta Amadou Sanogo April 2012 (Reuters)

Amadou Sanogo, le chef de la junte qui a renversé ATT

"Cette unanimité apparente est due au fait qu'au départ d'ATT, on avait dit plusieurs choses, et aujourd'hui les gens se rendent à l'évidence, la faute n'est pas au président de la République, explique Naffet Keita.Ce n'est pas l'enthousiasme autour du retour du président ATT, mais les gens commencent de plus en plus à se rendre compte des dysfonctionnements auxquels l'Etat, la sécurité malienne est confrontée. Or on avait accusé à tort ou à raison ATT d'être à la base de tous ces dysfonctionnements. A mon avis, on s'est rendu compte que ce n'était pas lui."

A Bamako, on espère que l'événement du week-end apportera une touche particulière au processus de réconciliation en cours dans le pays. Mais au-delà, pour l'enseignant chercheur, Naffet Keita, il devra pousser les Maliens à ouvrir un vrai débat sur les institutions, leur fonctionnalité et leur opérationnalité. 

 

 

 

Audios et vidéos sur le sujet