Le rêve brisé de la place Tahrir | Vu d′Allemagne | DW | 11.10.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le rêve brisé de la place Tahrir

A la Une: l’Egypte avec les violences entre chrétiens coptes et les forces de l’ordre qui ont fait plus d’une vingtaine de morts ce week-end, et la Pologne où le Premier ministre libéral Donald Tusk a été reconduit.

default

Les affrontements de dimanche ont fait au moins 24 morts

« Tragédie copte » titre la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Tragédie, car ça n'est pas nouveau : depuis plusieurs années déjà, la minorité chrétienne est victime de discriminations en Egypte en particulier, et au Proche-Orient en général. De nombreux coptes ont déjà émigré en Europe et en Amérique. Mais, poursuit le journal, la révolution égyptienne avait nourri l'espoir que les communautés religieuses arriveraient enfin à vivre ensemble. Un espoir aujourd'hui mis à mal. Pour la F.A.Z., le risque d'escalade de la violence est grand. Le quotidien accuse même les militaires de n'avoir pas su assurer l'ordre public.

Kairo Proteste

Les chrétiens coptes sont en colère

Die tageszeitung va même plus loin et affirme que ce sont les militaires qui ont tiré sur les manifestants coptes ce week-end. Le journal explique que la télévision nationale a appelé ses citoyens à venir défendre son armée. Une tactique bien connue : c'est du Moubarak sans Moubarak, note die taz. On accuse l'Eglise pour justifier les arrestations arbitraires, les tortures, le contrôle de la presse, etc… Le journal rappelle que l'armée a récemment déclaré que la loi sur l'état d'urgence sera maintenue jusque juin 2012. Pour le quotidien, les Egyptiens sont frustrés face à ce manque de changement, le rêve de la place Tahrir a été brisé. Ceux qui continuent de protester sont bien courageux de s'opposer à cette armée qui tient à garder le pouvoir par tous les moyens. Ils refusent qu'on leur confisque leur révolution.

L'anti Kaczynski

Polen Wahl Donald Tusk Jaroslaw Kaczynski

Le libéral Donald Tusk (gauche) a battu le conservateur Jaroslaw Kaczynski (droite)

Et puis au sujet de la Pologne, la Süddeutsche Zeitung consacre un long éditorial à celui qu'elle appelle « L'anti Kaczynski ». Le libéral Donald Tusk a été reconduit hier à la tête du gouvernement polonais, suite aux législatives de dimanche. Berlin et Bruxelles ont poussé un soupir de soulagement. Le gentil et coopératif Donal Tusk a été réélu, et c'est d'ailleurs une première en Pologne, voici un signe de stabilisation du pays. Surtout, l'Allemagne et l'Europe ne doivent pas de nouveau faire face au vilain et entêté Jaroslaw Kaczynski. Finies ses lamentations sur les souffrances des Polonais pendant la guerre, et finis ses blocages des projets européens. Mais, poursuit la Süddeutsche Zeitung, les Polonais ont en fait voté pour le « moindre mal ». Car le bilan de Donald Tusk est mitigé. Il doit encore s'attaquer au monstre bureaucratique de l'administration polonaise, il doit relancer l'économie et veiller à ne pas aggraver le déficit budgétaire. Il doit surtout réconcilier la société. Et cela passe aussi par un geste de réconciliation envers son ennemi conservateur…Jaroslaw Kaczynski.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Mireille Dronne

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !