Le gouvernement sri lankais a minimisé la menace terroriste | International | DW | 23.04.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Le gouvernement sri lankais a minimisé la menace terroriste

Après le drame qui a coûté la vie à plus de 300 personnes le dimanche de Pâques, ce sont les erreurs de communication et la sous-estimation par le gouvernement de la menace terroriste qui sont pointées du doigt.

320 morts, dont au moins 45 enfants et adolescents, et 500 blessés, c’est le bilan des huit attentats contre des hôtels et églises au Sri Lanka, commis lors du dimanche de Pâques. 

Deux jours après, le pays est toujours en état de choc et la population cherche des réponses.
Le porte-parole du gouvernement, Rajitha Senaratne, a parlé d'erreurs de communication entre les différents services de sécurité.

Ces attaques, revendiquées par le groupe djihadiste Etat islamique, ont été conduites par le mouvement islamiste local National Thowheeth Jama'ath, selon les autorités sri-lankaises.

Une organisation qui, il y a quelques jours, avait fait l'objet d'une alerte diffusée aux services de police, selon laquelle celle-ci préparait des attentats suicides contre des églises et contre l'ambassade d'Inde à Colombo. 

Mais d'après le porte-parole du gouvernement, cette alerte n'a jamais été transmise au Premier ministre Ranil Wickremesinghe. La police est en effet sous l'autorité du président Maithripala Sirisena. Et les deux hommes, le président et le Premier ministre, sont en conflit.

Au-delà de cet éclairage politique du drame, les enquêtes se poursuivent et plus de 40 personnes ont été arrêtées par la police. 

Selon les résultats préliminaires de l'enquête, le groupe National Thowheeth Jama'ath était lié à un groupe islamiste radical peu connu en Inde. Et cette série d’attentat aurait pu être commise en représailles au carnage des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande. Une attaque qui avait fait une cinquantaine de morts en mars dernier.
 

La rédaction vous recommande

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !