Le départ annoncé de Guillaume Soro, signe des tensions politiques | Afrique | DW | 29.01.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le départ annoncé de Guillaume Soro, signe des tensions politiques

La démission du président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, qui circulait comme une rumeur, a été finalement confirmée par le président Alassane Ouattara.

Guillaume Soro et Alassane Ouattara se sont pourtant rencontrés en tête-à-tête par deux fois depuis le début de l’année. La dernière fois, c’était jeudi soir et selon plusieurs sources, le principe de la démission a été acté dès la première rencontre. 

Au parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), le sénateur Alain Cocauthrey s’interroge sur la question de savoir qui est à l’initiative de cette démission annoncée et dit s’inquiéter pour son pays.

"Est-ce que c’est parce qu’il veut démissionner ? Ou bien est-ce qu’on lui demande de démissionner ? Dans tous les cas, les démissions de président d’institution, ça n’augure pas d’un climat socio-politique apaisé. Si on lui a demandé de démissionner ce n’est pas bien pour notre démocratie. Sinon il n’y aura pas la paix.  Et on a intérêt à ce qu’il y ait la paix dans ce pays."

Guillaume Soro invité à se positionner 

 

Ces dernières semaines, des personnalités du RHDP,  le parti présidentiel, avaient appelé à de nombreuses reprises Guillaume Soro à rendre son siège en cas de refus d’adhésion au nouveau parti présidentiel. 

Joël N’Guessan, vice-président du Rassemblement des républicains (RDR), reconnait le brillant parcours politique de Guillaume Soro avant d’inviter le président de l’Assemblée nationale à faire un choix.   

"Voici monsieur le président de l’Assemblée nationale, quelqu’un qui a un parcours politique exceptionnel. Il faut en tenir compte. C’est à lui maintenant de convaincre les Ivoiriens pour que les gens mettent leur choix sur sa personne et sur le ticket qu’il va présenter.  Mais s’il n’a pas encore présenté de ticket, je vous dis : bon c’est de la politique politicienne. Le RHDP n’a exclu personne. On ne lui a pas demandé de donner sa démission. C’est à lui de tirer les conséquences de sa posture. Soit il est avec nous, soit il n’est pas avec nous."

A lire aussi Les grands absents du premier congrès extraordinaire du Rassemblement des Houphouëtistes

 

 

Candidat à la présidentielle de 2020 ? 
 
Mamadou Kanigui Soro, député et président du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI), proche de l'ex-président du parlement ivoirien, affirme que Guillaume Soro sera candidat lors de la prochaine présidentielle. Car selon lui, si rien n’est fait, l’histoire en 2020 s’écrira de la même manière qu’en 2010. 

"Le président Guillaume Soro sera candidat en 2020. Parce que voyez-vous, nous allons vers un scénario catastrophe en Côte d’Ivoire si nous ne faisons pas attention, avec une sorte de réplique de 2010, avec les héritiers d’Houphouët Boigny en compétition. Et la responsabilité du chef de l’Etat est plus que jamais engagée dans la pacification du processus électoral de 2020."

Le scénario de 2010 se met donc petit à petit en place avec les mêmes acteurs. Le week-end dernier Alassane Ouattara du RHDP et Henri Konan Bédié du PDCI se sont mutuellement lancés des piques à travers des meetings interposés. Finalement, il ne manque plus que Laurent Gbagbo pour que 2020 puisse vraiment ressembler à 2010. 

La rédaction vous recommande

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !