Le barrage de la Renaissance sur le Nil, un projet qui fait grincer des dents | Afrique | DW | 09.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le barrage de la Renaissance sur le Nil, un projet qui fait grincer des dents

Les représentants de l'Egypte, de l'Ethiopie et du Soudan sont à Washington pour une réunion ministérielle. Une rencontre pour évaluer les résultats des négociations au sujet du grand barrage de la Renaissance (GERD). 

Écouter l'audio 02:03

"Ce barrage change la donne hydropolitique de la région" Franck Galland (Chercheur)

Le projet de méga-barrage sur le Nil bleu, lancé en 2011 par l'Ethiopie pour un montant de quatre milliards de dollars, vise à construire le plus grand barrage hydroélectrique d'Afrique, avec une capacité de production de plus de 6.000 mégawatts. Mais il suscite des tensions régionales, en particulier avec l'Egypte. 


Avec près de 100 millions d'habitants, l'Egypte dépend  à 90% du Nil pour son approvisionnement en eau et dit craindre les impacts d’une telle initiative, notamment sur son économie. 
Franck Galland est chercheur associé à la Fondation pour la recherche stratégique et président d'Environmental emergency & security service. Egalement auteur de "Le grand jeu : chroniques géopolitiques de l'eau", il estime que les tensions liées au barrage de la Renaissance sont historiques mais également géostratégiques.

Cliquez sur l'image ci-dessus pour écouter son analyse.

Audios et vidéos sur le sujet