L’avenir du Mali en discussion | Afrique | DW | 05.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L’avenir du Mali en discussion

Après la chute d’Ibrahim Boubacar Keïta, des intellectuels maliens ont commencé à réfléchir, pour poser les jalons de la refondation d’un "Mali nouveau".

Les maliens veulent refonder leur pays

Les maliens veulent refonder leur pays

Le cadre de réflexion a été initié par le Groupe de Réflexions, d’Actions et d’Initiatives Novatrices (GRAIN). Il a réuni quelques intellectuels maliens issus majoritairement de la société civile pour tenter d’aborder les questions essentielles à la survie de la nation. Ceux-ci sont unanimes sur un changement de mentalité et de mode de gouvernance pour rebâtir le pays. "Aujourd’hui, nous souffrons du problème, parce qu'il y’a des options qui ont été faites en 1960 à l’indépendance du pays. Peut être à l’époque, ce n’était pas des mauvais choix, mais ce sont des choix qui n’ont pas évolué. Je crois qu’il faut faire évoluer ces choix parce que la société elle-même a évolué, le Mali a évolué, les maliens ont évolué, l’Afrique a évolué et le monde a évolué. Nous ne pouvons pas restés sur des réponses de 1958 dans le Mali de 2020", soutient Ousmane Sy. En 2000, il fut nommé ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales de la République du Mali par le président de l’époque, d'Alpha Oumar Konaré.

Écouter l'audio 02:29

Écoutez les explications de Mahamadou Kane à Bamako

Le système démocratique, le système des valeurs, le développement ou encore la restauration de l’Etat, voici quelques thèmes qui mènent déjà à la réflexion au sein du GRAIN. "Ce travail devrait être inclusif."  C’est du moins, ce que souhaite Traore Coumba Bah, présidente de "Génération malienne consciente."

Selon elle, "le monopole de la reconstruction de l’Etat ne devrait pas être seulement du seul ressort du politique et des administrations. Parce que tout ce qui se passe au niveau de l’administration ou du politique, impacte la vie de ce Malien et de cette Malienne lambda qui œuvre beaucoup dans le secteur informel, qui œuvre dans le secteur formel, qui crée des richesses."

Retour aux sources

Pour sa part,  Mossadeck Bally, promoteur d’un Groupe hôtelier au Mali et membre du GRAIN, le retour aux sources serait un préalable avant d’amorcer les différentes réformes politiques ou institutionnelles.

L’écrasante majorité du Mali souhaite un Mali nouveau

L’écrasante majorité du Mali souhaite un Mali nouveau

"Il nous faut retourner à nos valeurs ancestrales faites d’humanité et d’entraide, le "Dambé " comme on le dit chez nous au Mali. Il s’agira aussi de donner une place à nos autorités coutumières et religieuses, pour ainsi donner une place à ces valeurs. Nous avons constaté qu’aujourd’hui, il faut un réarmement moral, il faut un nouveau malien, un citoyen nouveau", justifie-t-il.

Les membres du Groupe de Réflexions, d’Actions et d’Initiatives Novatrices (GRAIN) proposeront dans les semaines à venir aux autorités de transition, un plan stratégique en vue de la refondation au Mali, indique Mossadeck Bally.