L′anti-islam fait recette aux Pays-Bas | International | DW | 10.06.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'anti-islam fait recette aux Pays-Bas

Le parti xénophobe de Geert Wilders est le grand vainqueur des élections législatives même s'il n'arrive pas en tête. Le Parti libéral de Mark Rutte aura la difficile tâche de bâtir une coalition

Geert Wilders, 46 ans, le leader aux cheveux blond platine du Parti pour la liberté

Geert Wilders, 46 ans, le leader aux cheveux blond platine du Parti pour la liberté

Etre contre les musulmans cela fait presque gagner les élections aux Pays-Bas. Presque car Geert Wilders ne sera pas le prochain Premier ministre : c'est le libéral Mark Rutte qui va succèder au conservateur Jan Peter Balkenede qui a annoncé sa démission.

Le parti libéral est arrivé en tête, il devance de très peu les travaillistes de Job Cohen. Même s'il n'arrive qu'à la troisième place, le Parti pour la liberté de Geert Wilders a donc réalisé un très bon score puisqu'il va passer de 9 à 24 sièges au Parlement néerlandais. Un score inquiétant pour un parti ouvertement xénophobe qui propose d'interdire toute immigration en provenance des pays musulmans. Désormais, il faudra donc compter avec lui. C'est ce qu'a d'ailleurs rappelé Geert Wilders devant ses militants euphoriques : "Tout le pays le sait désormais : nous sommes un parti important et personne ne pourra plus nous ignorer pour former un gouvernement à La Haye".

Facteur crise

Le Parti pour la liberté n'a été crée qu'il y a 6 ans mais malgré cela, il s'en est fallu de peu qu'il remportât ces élections législatives. Sans doute la crise économique a-t-elle joué contre lui. Car xce parti est allé très vite : il est arrivé deuxième aux élections européennes de juin 2009 et en mars dernier, il a remporté les élections municipales à Almeere qui est une ville-dortoir près d'Amsterdam.

Mais de manière paradoxale et alors que les crises écnomiques favorisent souvent les partis extrémistes, la crise qui secoue la zone euro a donc joué contre lui. Car réduire son programme à un discours antimusulmans est apparu décalé face aux attentes de la population qui veulent un parti en mesure de combattre la crise. Ceci explique pourquoi le Parti libéral et les travaillistes devancent le Parti pour la liberté.

Désormais, il va falloir que le futur Premier ministre, Mark Rutte, engage des négociations pour former un gouvernement. Elles s'annoncent très difficiles et il est probable que les Pays-Bas n'auront pas de nouveau gouvernement avant plusieurs mois.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Elisabeth Cadot

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !