L′Amérique pleure les morts de Tucson | International | DW | 10.01.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

L'Amérique pleure les morts de Tucson

Gabrielle Giffords, l'élue démocrate abattue à bout portant en Arizona, peut à nouveau "communiquer" avec ses médecins. L'assassin, un homme de 22 ans, est aux mains de la police. Mais l'on s'interroge sur ses motifs.

Well-wishers pay their respects at a makeshift memorial outside U.S. Rep. Gabrielle Giffords' office in Tucson, Ariz. Sunday, Jan. 9, 2011. A gunman targeting Giffords opened fire outside a Safeway in Tucson Saturday, killing six people. (Foto:The Arizona Republic, Michael Chow/AP/dapd) MARICOPA COUNTY OUT; MAGS OUT; NO SALES

Une mer de fleurs pour le carnage à Tucson. Les victimes sont nombreuses

Que se cache-t-il derrière le large sourire de ce jeune homme, Jared Lee Loughner, que l'on voit sur toutes les photos? Une réalité psychique trouble : originaire de Tucson, Loughner avait des antécédents judiciaires, il avait aussi raté son entrée dans l'armée, avait été renvoyé de son lycée qui avait exigé une expertise psychiatrique.

A-t-il agi seul? Pour le moment, la police a diffusé la photographie d'un témoin. D'après le FBI, il n'est probablement pas lié au tireur, mais se trouvait à proximité de Gabrielle Giffords au moment du drame. Les enquêteurs ont par ailleurs découvert chez le tireur un document montrant, d'après eux, qu'il avait prémédité son acte. Sur une enveloppe figurent en effet des inscriptions: « J'ai préparé », « Mon assassinat » et « Giffords ».

From left, Ellie Steve, 6, Lucia Revves, 6, and Zoe Reeves, 18, gather for a candlelight vigil outside the offices U.S. Rep. Gabrielle Giffords, D-Ariz., in Tucson, Ariz., Sunday, Jan. 9, 2011. Giffords was critically wounded during a shooting at a political event Saturday in Tucson. (Foto:Chris Carlson/AP/dapd)

Les Américains sous le choc rendent hommage à la député démocrate. Le climat de haine est mis en cause

Mais au-delà de la personnalité trouble de Loughner, l'Amérique s'interroge sur le climat dans lequel se trouve le pays et notamment l'Arizona. Chose peu banale, le shérif local, Clarence Dupnik, a tout de suite dénoncé le climat de haine vis-à-vis des responsables politiques démocrates : « Si vous regardez comment certaines personnes fragiles répondent au vitriol qui sort de certaines bouches pour dénigrer le gouvernement. La colère, la haine, la bigoterie qui circulent dans ce pays sont de plus en plus scandaleuses. »

Le boomerang de la haine

La haine évoquée par le shérif, on la retrouve dans la réthorique du mouvement politique baptisé Tea Party, issu de l'aile ultra-conservatrice du Parti républicain. Son leader, une femme, Sarah Palin n'hésite pas à se produire fusil à la main à la télévision. Elle avait même diffusé sur Facebook, début 2010, une carte des Etats-unis sur laquelle 20 circonscriptions démocrates étaient signalées par un viseur. Celle de Gabrielle Giffords en faisait partie.

La député démocrate s'était d'ailleurs plainte de la rhétorique haineuse dans les courriers électroniques qu'elle recevait. Cette tragédie servira-t-elle d'électrochoc? Pour certains analystes, Sarah Palin fait désormais figure d'irresponsable et elle aura du mal à s'en relever. Dans le camp républicain, par contre, le mobile politique ne convainc pas tout à fait. Mais même dans ce camp, certains responsables demandent que l'on « calme le jeu ».

Auteur : Elisabeth Cadot
Edition : Jean-Michel Bos

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !