L′Allemagne s′interroge sur l′état de santé de la chancelière | Vu d′Allemagne | DW | 12.07.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

L'Allemagne s'interroge sur l'état de santé de la chancelière

Angela Merkel, qui fêtera ses 65 ans mercredi, s'est assise sur une chaise jeudi pour écouter les hymnes nationaux avec son homologue danoise, Mette Frederiksen. Elle avait eu la veille une nouvelle crise de tremblements

24 heures après avoir encore tremblé en public, Angela Merkel, souriante et manifestement détendue, a écouté assise sur une chaise aux côté de son homologue danoise, également assise, les hymnes nationaux de leurs deux pays joués par la fanfare militaire.

C’était sous l'œil des caméras et du public massé devant les grilles de la chancellerie.

Une heure après l’incident, mercredi, Angela Merkel s'était présentée calme et objective, sans grande émotion, avec un léger sourire:

"Je vais bien, j'ai dit l'autre jour que j'étais dans une phase de traitement des récents tremblements lors des honneurs militaires avec le président Selenskyj (le président ukrainien, ndlr). Ce n'est évidemment pas encore complètement terminé mais il y a des progrès et je dois vivre avec cela pendant un certain temps encore, ça va, vous n'avez pas à vous inquiéter."

Pourtant son état de santé inquiète. Angela Merkel a attribué ses tremblements à répétition à une réaction psychosomatique liée à l'anxiété suscitée par sa première crise.

La chancelière est-elle malade ?

Tout le monde se pose la question. Au lendemain du dernier malaise, la Bild Zeitung, le tabloïd allemand le plus lu titrait : "Ça ne s'arrête pas."

Le psychologue politique, Thomas Kliche, demande ainsi plus de transparence sur son état de santé.

"Si nous choisissons quelqu'un et lui donnons le pouvoir de diriger, nous devons aussi espérer et penser qu'une telle personne fasse la transparence sur son état de santé. A ce sujet, il y a des règles de substitution en politique. Ce qui signifie qu’il y a des dispositions institutionnelles en cas de maladie."

Le quotidien Bild, citant des sources proches du gouvernement, assure que la chancelière a effectué des examens médicaux, notamment sanguins, après sa première crise, la plus impressionnante.

Toujours selon ce tabloïd, les examens sanguins n'ont révélé aucune carence notamment minérale.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !