La Tunisie veut l′égalité des sexes pour les héritages | Afrique | DW | 13.08.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La Tunisie veut l'égalité des sexes pour les héritages

L'annonce a été faite ce lundi par le président Béji Caïd Essebsi. Il souhaite supprimer l'inégalité dont sont victimes les femmes lors d'héritage. Des avancées qui divisent le pays.

Écouter l'audio 02:10

''Il est paradoxal de parler de pays modèle'' - Leyla Dahhli

En Tunisie, le Président Béji Caïd Essebsi a annoncé ce lundi 13 août son intention de déposer un projet de loi qui vise à supprimer les inégalités entre hommes et femmes pour ce qui concerne les questions d'héritage. Jusqu'à présent les femmes n'héritent en effet que de la moitié de ce qui revient aux hommes. Une tradition issue du droit islamique. "On va inverser la situation, en faisant de l'égalité la règle, et de l'inégalité une dérogation", a annoncé le président tunisien à l'occasion de la journée de la femme tunisienne. 

Mais cette démarche divise la société tunisienne. Samedi, des milliers de personnes, notamment des islamistes, ont manifesté à Tunis contre cette réforme. Ce lundi soir une autre manifestation, cette fois en faveur de l'égalité et des libertés individuelles, est prévue à Tunis.

Le rôle pionnier de la Tunisie

Ce n'est pourtant la première loi en faveur de l'égalité en Tunisie. "Certains questions concernant le tutorat chez les enfants ou les autorisations de sortie du territoire accordées par la mère ont par exemple déjà été traitées", explique Leyla Dahhli, chercheuse au Centre Marc Bloch à Berlin en Allemagne. Dès le 13 août 1956, le Code du statut personnel accordait aux Tunisiennes des droits novueaux. Il avait interdit la polygamie, la répudiation ou encore instauré l'âge minimum du mariage à 17 ans pour la femme, si celle-ci en était d'accord. La parité dans les assemblées élues est aussi en vigueur aujourd'hui. 

Mais il reste beaucoup à faire pour Leyla Dahhli. "Aujourd'hui les femmes sont encore les premières victimes de certaines inégalités, en Tunisie et ailleurs", explique-t-elle. Concernant la loi sur l'héritage, elle laisserait la possibilité au testateur "soit d'appliquer la Constitution soit de choisir la liberté", selon le présidenti tunisien. Vous pouvez écouter l'interview de Leyla Dahhli en cliquant sur l'image au dessus de cet article. 

Audios et vidéos sur le sujet