La Guinée sous tension avant le double scrutin de dimanche | Afrique | DW | 28.02.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La Guinée sous tension avant le double scrutin de dimanche

Les Guinéens sont appélés aux urnes, ce dimanche, pour des élections législatives et un référendum constitutionnel. La campagne électorale prend fin ce vendredi (28.02.2020).

Le Palais du peuple de Conakry, siège de l'Assemblée nationale de Guinée

Le Palais du peuple de Conakry, siège de l'Assemblée nationale de Guinée

A Labé, dans le centre du pays, la campagne électorale a été émaillée par plusieurs incidents en raison du mot d'ordre de boycott lancé par les principaux partis de l'opposition. En revanche, à Siguiri, ville située à environ 600 km au nord-est de Conakry, la campagne pour les élections législatives et le référendum, se déroule dans le calme et la sérénité.

A lire aussi →Le risque de voir Alpha Condé s'accrocher au pouvoir

Un partisan du parti au pouvoir à Mamouen Moyenne Guinée

Un partisan du parti au pouvoir à Mamou en Moyenne Guinée

Dans ce fief du parti au pouvoir, de nouveaux partis politiques ont fait leur apparition sur l’échiquier politique national. C’est le cas  de "Guinée debout", une formation politique dirigée par Siaka Barry, ex-ministre guinéen de la culture, explique N’faly Condé, candidat uninominal de "Guinée débout" à Siguiri : "Etant un parti jeune, c’est la formation qui fait trembler aujourd’hui le RPG à Siguiri. Nous sommes en train de réveiller la conscience de la jeunesse. Nous avons tout pour nous développer et reconstruire notre ville natale."

"Guinée debout" est-il pour ou contre la nouvelle constitution ?  N’faly Condé assure que le parti n’a pas clairement pris position. "Nous n'avons rien décidé. Nous attendons la réaction de la base à savoir si nous allons voter oui ou non."

Vive tension dans le fief de l'opposition

Contrairement au calme qui règne à Siguiri, en Haute Guinée, à Labé, en Moyenne Guinée, le fief le plus important de l’opposition, les contestations contre le projet de nouvelle constitution ne connaissent pas de répit. Les militants de l’opposition restent déterminés à empêcher la tenue du double scrutin. A Labé, le parti au pouvoir ne mobilise pas les foules. Le RPG n'a pas organisé un seul meeting dans la région.

Des militants de l'opposition à Conakry, la capitale

Des militants de l'opposition à Conakry, la capitale

Le candidat à l’uninominal du RPG à Labé, Aliou Diallo, indique que la campagne se fait de porte à porte. Il ajoute que son équipe a été attaquée par les militants de l’opposition. "Nous nous sommes rendus compte que la meilleure façon de faire la campagne, c’est le porte à porte. C’est la méthode que le RPG a développé, que ce soit au niveau de la commune urbaine ou de la sous-préfecture. Si nous prenons, par exemple, le cas de la sous-préfecture de Noussi, le Front national pour la défense de la Constitution, nous a agressés mais, compte tenu de l’expérience que Dieu nous a donnés sur le plan politique,  nous avons pu nous en sortir", dit  Aliou Diallo.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, un incendie a ravagé le matériel électoral stocké dans l’enceinte de la préfecture de Labé. 

Mais selon le président de la commission électorale préfectorale indépendante, l'incendie d’origine criminelle, n’aura cependant aucun impact sur  le déroulement des opérations du double scrutin. 

Trente partis politiques sont en lice pour élire 114 députés au parlement.

A lire aussi : Guinée : l'opposition dénonce le mutisme de la Cédéao

Liens

Audios et vidéos sur le sujet