La Guinée-Bissau pourrait sortir de l′impasse politique | Afrique | DW | 08.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La Guinée-Bissau pourrait sortir de l'impasse politique

Les Bissau-Guinéens sont appelés aux urnes ce dimanche pour des élections législatives. Un scrutin décisif pour sortir d’une crise politique qui paralyse le pays depuis 2015.

Écouter l'audio 02:02

Ecoutez notre sujet

En proie à une instabilité chronique depuis son accession à l’indépendance en 1974 avec à la clé de nombreux coups d’Etat militaires, la Guinée-Bissau joue gros sur cette élection législative qui intervient alors que le pays fait face à des mouvements sociaux sans précédent.

Gabriel Dava est le directeur du PNUD à Bissau, le Programme des Nations unies pour le développement :

"C’est un poids en moins. Un processus diplomatique très difficile s’achèvera ce dimanche. La Guinée-Bissau a maintenant la chance de signer un nouveau départ politique. Le temps de l'impasse politique est derrière nous."

Le diplomate mozambicain se veut optimiste à l’image de la communauté internationale qui suivra le déroulement du scrutin de dimanche avec intérêt.

Suspense

Dans le camp présidentiel, on n’est plus que jamais confiant. Domingos Simoes Pareira est le chef du PAIGC, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap Vert :

"Nous sommes les seuls qui soyons en mesure de rétablir l’état de droit. Il y a des gens qui veulent pirater et transformer l’Etat en un instrument qui sert les intérêts privés. Le PAIGC va restaurer et protéger le droit des citoyens."

Le scrutin de dimanche n’est pas joué d’avance, prévient toutefois le politologue bissau-guinéen Rui George Semedo. Celui-ci estime que l’opposition a des arguments à faire valoir lors de cette bataille législative :

"Ils ont investi dans des voitures, des motos et d’autres biens. Personne ne sait exactement d’où proviennent tous ces fonds. Nous devons comprendre que le Parti de la rénovation sociale (PRS) et le mouvement alternative démocratique (Madem G15) disposent de plus de moyens financiers et matériels que le camp présidentiel."

L’élection législative bissau-guinéenne se jouera à la proportionnelle à un tour, avec pour la première fois un minimum de 36% de femmes candidates. Les résultats doivent être annoncés au plus tard le mardi 12 mars.

Audios et vidéos sur le sujet