La Grèce stoppe la flottille d′aide pour Gaza | International | DW | 05.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La Grèce stoppe la flottille d'aide pour Gaza

La flottille, composée d’une dizaine de bateaux, tente toujours de briser le blocus de la Bande de Gaza, imposé depuis cinq ans à ce territoire palestinien par Israël.

default

Des activistes manifestent, à Athènes, en faveur de la flottille pour Gaza

Quelque 300 activistes pro-palestiniens, ainsi que 35 journalistes de 22 pays veulent participer à l’opération pour amener des vivres à la population. Plusieurs bateaux avaient fait escale en Grèce pour rejoindre la Bande de Gaza. Mais les autorités grecques leur ont interdit de sortir du port. Athènes justifie cette interdiction par la menace des autorités israéliennes de vouloir stopper par la force tout navire essayant de rejoindre Gaza sans autorisation.  

Israël a juré de stopper la flottille qui, selon son Premier ministre Benjamin Nétanjahou n’essaierait que d’introduire des armes dans la Bande de Gaza :

« Israël a entièrement le droit de mener des actions contre toute tentative d’introduire des missiles, roquettes et autres armes dans l’enclave terroriste du Hamas. »

Israel / Netanjahu / Ministerpräsident

Le Premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou

Une menace à prendre au sérieux. En mai 2010 déjà, des soldats de la marine israélienne avaient arraisonné un premier convoi d’aide humanitaire au large de Gaza. Neuf activistes turcs avaient été abattus lors de cette opération. Depuis des semaines déjà, l’armée israélienne procède à des exercices en mer en vue de perfectionner ses tactiques et d'éviter de telles "bavures".

La Grèce prend en tout cas au sérieux les avertissements d’Israël. Lundi, les garde-côtes grecs ont intercepté le "Tahrir" ("Libération"), un navire canadien qui voulait gagner la bande de Gaza avec une quarantaine d’activistes à son bord. Les gardes-côtes l’ont ramené dans le port crétois d’Agios Nikolaos d’où il était parti.

US Schiff Audacity of Hope in Griechenland

Le navire "Audacity of Hope" à quai, en Grèce

Vendredi déjà, un autre bateau de la flottille, le « Audacity of Hope », (l’Audace de l’Espoir) battant pavillon américain, avait été arraisonné par les gardes-côtes grecs et contraint de virer de bord. John Klusmer, son capitaine américain, a été arrêté. Il doit être traduit devant le parquet du Pirée ce mardi.

A Gaza, après l’expérience de mai 2010, la population ne se fait guère d’illusions sur les chances de cette seconde flottille de briser le blocus. Mohammed, un pêcheur gazaoui, ne cache pas son amertume :

« L’armée israélienne justifie son attitude vis-à-vis de la flottille d’aide humanitaire en affirmant qu’il n’y a pas de problèmes d’approvisionnement à Gaza, parce qu’en principe les tunnels sous la frontière avec l’Egypte assurent la livraison de vivres, de médicaments et d’armes. Même des personnes passent par les tunnels, disent-ils. C’est la tactique d’Israël vis-à-vis de la presse ! Les Israéliens affirment aussi que les tunnels représentent un grand danger pour eux !... Mais si la mer était ouverte pour nous, nous n’aurions plus besoin de toute cette histoire de tunnels ! »

Mardi matin, un bateau français de la flottille pour Gaza, le "Dignité Al-Karama", a réussi à quitter les eaux territoriales grecques et fait actuellement route vers le territoire palestinien. Il se trouve maintenant dans les eaux internationales.

Auteur : Philippe Pognan
Edition : Marie-Ange Pioerron

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !