La formation des imams | Allemagne | DW | 22.10.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

La formation des imams

Quatre millions de musulmans vivent en Allemagne. Berlin a mis sur pied des cours de formation des imams dans trois universités allemandes. Les guides religieux représentent un facteur essentiel d'intégration.

default

Il y a environ 2000 imams en Allemagne, la plupart viennent de Turquie. Comme le souligne la ministre de l'éducation Annette Schavan, ils jouent un rôle essentiel pour l'intégration des populations immigrées :

« Les imams doivent être des bâtisseurs de passerelles, ils doivent lutter contre l'exclusion. C'est pourquoi je suis d'avis qu'ils doivent être formés aussi en Allemagne, qu'ils doivent être socialisés dans le pays dans lequel ils seront actifs. »

Les universités choisies : Osnabrück, Tübingen et Münster

Les cours de formation des imams commenceront à l'automne 2011 et seront dispensés dans trois universités, dont celle d'Osnabrück où des cours « d'études interculturelles » ont déjà débuté. Rauf Ceylan est professeur à l'Université d'Osnabrück :

« Les imams doivent apprendre à transmettre de manière pédagogique des contenus théologiques. Mais les cours de civilisation sont tout aussi importants. Il s'agit de maîtriser l'histoire allemande et européenne, mais également de comprendre les fondements de notre Etat de droit. Il est essentiel aussi de développer une compétence interculturelle pour que les imans soient en mesure de jouer les médiateurs entre les religions. »

Imam Islam Freitagsgebet Moschee Duisburg Deutschland Religion

La prière du vendredi à la mosquée de Duisburg, à l'ouest de l'Allemagne

Des cours auxquels assistent également Saliha Sahin, qui est très active à la mosquée Fatih d'Osnabrück.

« Ce qui m'a surtout intéressée, c'est de me former dans des domaines qui ne sont pas les miens. En ce moment, nous renforçons l'encadrement des jeunes au sein de notre communauté, notamment avec les jeunes musulmans de six à huit ans. Je suis donc surtout intéressée par les nouvelles idées qu'on nous propose pour cette tranche d'âge. »

L'accès à l'éducation pour les jeunes Turcs

Car Saliha Sahin rappelle que les trois quarts des Turcs d'Allemagne âgés de 15 ans sont certes nés dans le pays. Mais qu'un tiers seulement de ces jeunes turcs maîtrisent bien l'allemand. Et donc que l'encadrement dès le plus jeune âge est essentiel. Seulement voilà explique Abdul-Jalil Zeitun, 90% des imams viennent de l'étranger. Ils ne restent en Allemagne le plus souvent que quatre ans et n'ont pas le temps de maîtriser la langue du pays. Abdul-Jalil Zeitun, imam de 62 ans, tient à montrer l'exemple.

Berlin Tag der Offenen Moschee

Journée portes ouvertes à la mosquée Sehitlik de Berlin

« Apprendre l'histoire du pays dans lequel on vit, être au courant de sa législation, c'est intéressant. J'aimerais motiver le plus de personnes possible. Je suis un vieux briscard en Allemagne. Si les autres voient qu'un vieux de plus de 60 ans a envie de s'y mettre, ils vont s'y mettre eux aussi. »

Un projet pilote très suivi

Les cours proposés à l'Université d'Osnabrück auxquels assistent Abdul-Jalil Zeitun sont un projet-pilote, avant le coup d'envoi officiel de la formation des islams. Un projet suivi avec attention en Turquie, d'où viennent, je vous le disais, la plupart des imams d'Allemagne. Rauf Ceylan :

« J'ai lu aujourd'hui une page entière là-dessus dans l'un des grands journaux turcs. Le pays est divisé sur cette question. Le projet pédagogique n'est pas mis en cause. On se demande plutôt quel est le rôle de l'Etat allemand dans tout cela. Plus concrètement, on se demande si le gouvernement souhaite instrumentaliser la religion pour atteindre des objectifs précis. Mais moi, je soutiens que ce n'est pas le cas. En Allemagne, l'Etat n'a pas le droit d'intervenir dans des contenus religieux. »

Cela dit, les associations qui représentent la communauté turque d'Allemagne ont peur d'être dépossédées du pouvoir de décision qu'elles détenaient jusqu'à présent sur la nomination de leur guides religieux.

Auteurs : Ulrike Hummel, Carine Debrabandère
Edition : Konstanze von Kotze

La rédaction vous recommande