La folie des grandeurs | Vu d′Allemagne | DW | 17.01.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La folie des grandeurs

Deux thèmes font la Une des journaux : la polémique qui enfle autour du naufrage du Costa Concordia en Italie, et puis le scrutin législatif de dimanche au Kazakhstan. Le parti de Nazarbaïev a remporté 81% des sièges.

default

Les photos font le tour du monde

A la Une ce mardi : des photos du paquebot Costa Concordia échoué vendredi dernier et qui s'enfonce chaque jour un peu plus dans la mer. La Frankfurter Allgemeine Zeitung y voit le signe de la fin de l'ère Berlusconi en Italie. Il fut un temps, rappelle le quotidien, où l'on restait sur la terre ferme, prendre la mer relevait de l'ordre du blasphème. Puis vint l'industrie du tourisme. Depuis plusieurs années, le nombre de clients augmente à folle allure, la société Costa a vu son chiffre d'affaires croitre de 12% rien qu'en un an ! Mais pour la F.A.Z., cette bataille des bas prix cache probablement un déficit de sécurité. Il est terrible d'apprendre par exemple que des canaux de sauvetage ont été abandonnés.

Schiffsunglück Costa Concordia

Transporter plus de 4000 passagers n'est-il pas dangereux ?

Die tageszeitung partage cet avis : « le luxe pour tous » est un mensonge. Avec des offres alléchantes, les croisières sont devenues accessibles à tous. Mais il faut voir le revers de la médaille : du personnel non qualifié et bon marché. Ces mauvaises conditions de travail de l'équipage étaient un facteur de risque dès le départ. Et 4229 passagers à bord d'un seul bateau, c'est de la folie !

"Démocratie en papier mâché"

De son côté, la Süddeutsche Zeitung consacre un éditorial aux élections législatives qui se sont déroulées dimanche au Kazakhstan. Les temps sont difficiles pour les autocrates depuis le printemps arabe. Noursoultan Nazarbaïev se devait de mettre fin à la suprématie de son seul parti au Parlement, il a donc fait preuve d'ouverture : désormais trois partis sont représentés, mais le sien détient 81% des sièges. Belle démocratie en papier mâché !

Kasachstan Wahlen Frau an der Wahlurne in Almaty

81 % pour le parti du président : un score digne des régimes autoritaires

Heureusement, se félicite le journal, l'OSCE, l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, n'a pas mordu à l'hameçon et a qualifié ce nouveau scrutin de « non démocratique ». La Süddeutsche Zeitung poursuit que les protestations naissent toujours de revendications sociales avant de s'étendre au plan politique. En décembre, des émeutes des ouvriers du pétrole avaient éclaté au Kazakhstan. Le pouvoir les avait bien sûr réprimées dans la violence. Mais la colère est toujours là ! Le journal se veut optimiste. Même si le chemin vers la démocratie est encore loin en Asie centrale, 20 ans après la chute de l'URSS, il y a de l'espoir. Grâce à Twitter et Youtube, les peuples vont pouvoir exiger plus de leurs gouvernements.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Mireille Dronne

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !