La dégradation des terres accélère la migration | Afrique | DW | 06.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La dégradation des terres accélère la migration

Un rapport des Nations unies publié en marge du sommet sur la lutte contre la désertification (Cop14) à New Delhi en Inde établit des liens entre le phénomène de la dégradation des terres et certaines formes de migration

Écouter l'audio 02:12

"Ceux qui subissent plus la désertification et qui sont à la recherche du pâturage et des terres nous envahissent" (Laeticia Boukoro, ministre en RCA)

Dans leur rapport, le premier du genre, les experts onusiens ont reconnu la complexité du phénomène. Mais après quatre années de recherches, leur constat est clair : la dégradation des terres explique certains mouvements de populations.

"En général, les gens migrent vers des zones proches des endroits où ils sont déjà. Mais maintenant, on a aussi des exemples dans le cas des sécheresses intenses, où on voit des gens migrer au-delà des frontières, dans la même région ou au-delà pour pouvoir compenser le fait qu'ils ne peuvent plus vivre de l'agriculture ou de l'élevage" a expliqué Mariam Traoré Chazalneöl, spécialiste des migrations et environnement à l'OIM et co-auteur du rapport.

Dans un pays comme le Mali, peut-on lire dans le rapport, 96% de la population vivent dans des zones arides. Or ces populations ne dépendent que de l’agriculture. 

Pour survivre, de nombreux Maliens ne peuvent compter que sur les membres de leurs familles qui ont émigré notamment dans les pays voisins comme la Côte d'Ivoire selon les experts onusiens.

Des pays non arides concernés

Certains pays qui ne sont pas beaucoup touchés par la désertification, subissent aussi les conséquences qu'elle engendre. C'est le cas de la Centrafrique qui accueille des populations entières venues du Tchad et du Niger qui ont dû abandonner leurs localités à cause de l'aridité des sols.

"Ceux qui subissent plus la désertification et qui sont à la recherche du pâturage et des terres, nous envahissent sous les yeux impuissants des paysans qui parfois voient leurs cultures détruites par les bétails qui viennent de l'autre côté. Aussi en voulant réagir, les paysans viennent avec des armes. Ce qui entraine des crimes et beaucoup d'autres problèmes qui finalement, nous ont conduit dans des conflits qui durent jusqu'à aujourd'hui" a regretté Laeticia Boukoro, ministre déléguée auprès du Premier ministre en Centrafrique.

 Les liens désormais confirmés entre la dégradation des terres et les migrations ne se limitent pas qu'aux États africains. Des pays asiatiques comme le Bangladesh, le Guatemala, l'Inde, le Peru ou encore la Thaïlande et le Vietnam sont aussi concernés.

 

Audios et vidéos sur le sujet