La classe politique guinéenne défie la junte militaire | Afrique | DW | 18.05.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La classe politique guinéenne défie la junte militaire

La classe politique désapprouve la décision de la junte d’interdire les manifestations de rue et annonce l’organisation prochaine de marches dans le pays.

Les Guinéens entendent défendre la liberté de manifester

Les Guinéens entendent défendre la liberté de manifester

La classe politique, regroupée au sein du groupe des 58, et le RPG Arc-en-ciel, désapprouvent la décision de la junte d’interdire les manifestations et défient le pouvoir militaire en annonçant l’organisation prochaine de marches.

Après la validation d’une transition de trois ans et l’interdiction des manifestations, les principales formations politiques ont tenu ce mercredi (18.05.2022), leur première rencontre à Conakry. 

Pendant plusieurs heures, les leaders politiques ont discuté de l’évolution de la transition en Guinée. Ils estiment que la junte militaire continue de violer la charte qu’elle-même a élaborée.

Adulés après la chute d'Alpha Condé, les militaires font face aujourd'hui à de nombreuses critiques

Adulés après la chute d'Alpha Condé, les militaires font face aujourd'hui à de nombreuses critiques

Lire aussi →Guinée: la junte interdit les manifestations politiques

Passer à la vitesse supérieure

L’un des points de friction est l’interdiction des manifestions. "Interdire les manifestations alors que c’est un droit qui est inscrit dans toutes les constitutions, la Guinée a souscrit à des traités internationaux, c’est une autre forme de violation. Donc, la majorité a décidé qu’on doit passer à la vitesse supérieure, cela veut dire qu’il faut passer par les manifestations. Nous avons décidé de la mise en place d’une commission technique pour le chronogramme des manifestations", explique à la DW, Boubacar Diallo, président du Parti pour la paix et le développement, et un des signataires de la déclaration.

Lire aussi →Guinée : l'opposition rejette la transition de 39 mois

Écouter l'audio 02:07

Les précisions de notre correspondant à Conakry

Le RPG Arc-en-ciel dans la lutte

Le soutien du RPG Arc-en-ciel et des alliés de l’ancien président, Alpha Condé, à cette déclaration, a surpris. Le représentant de ce parti a en effet indiqué que sa formation participera bel et bien aux manifestations qui seront bientôt organisées à Conakry et en province.

Mohamed Lamine Kamissoko critique ainsi la junte qui décide selon lui sans consulter les principales formations politiques. 

"Nous avons un avenir en commun, nous avons projeté des actions d’un commun accord. Nous sommes tous frappés par l’obstination du CNRD à prendre des décisions unilatérales concernant le destin du peuple de Guinée. C’est pourquoi nous sommes là. Je crois que le RPG Arc-en-ciel et ses alliés constituent une alliance suffisamment responsable. Tout dépendra de l’attitude de la junte. Au niveau du G58 et du RPG Arc-en-ciel, nous organiserons des manifestations pacifiques", indique Mohamed Lamine Kamissoko.

L'opposant Cellou Dalein Diallo

L'opposant Cellou Dalein Diallo

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, par la voix de son président de la commission, a déclaré qu’une transition de trois ans est trop longue. Un sommet devrait se prononcer sur ce délai dans les semaines qui suivent et prévoir d’éventuelles nouvelles sanctions contre la Guinée.  

Lire aussi →Guinée : la junte au pouvoir dit non à la Cédéao