La Chine, les Jeux Olympiques et la liberté de la presse | International | DW | 28.07.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La Chine, les Jeux Olympiques et la liberté de la presse

Le 13 juillet 2001, Pékin était désigné pour recevoir les Jeux Olympiques 2008. La Chine promettait du même coup de faire des progrès sur les droits de l'homme et sur la liberté de la presse. Où en est-on aujourd'hui ?

default

Jiang Xiaoyu est un homme puissant. Il est vice-président du comité d'organisation pékinois pour les Jeux Olympiques. Lorsqu'en mars, des manifestants ont perturbé le parcours de la flamme olympique, on pouvait entendre Jiang Xiaoyu dire que les Jeux étaient un évènement sportif et qu'il ne fallait pas les mélanger avec la politique.

Demonstrant stört Olympiazeremonie in Griechenland

A de nombreuses reprises, le parcours de la torche olympique a été perturbé par des manifestants, notamment anti-chinois, comme ici en Grèce

Il y a sept ans, la Chine tenait pourtant un tout autre discours : Pékin avait justement lié sa candidature avec des objectifs politiques précis. Les Jeux devaient non seulement permettre le développement de la capitale mais aussi celui de la société. Les médias étrangers devaient par ailleurs pouvoir travailler en toute liberté. Paul Steiger, du comité américain pour la protection des journalistes :

"En ce qui concerne les déclarations publiques, les assurances données par le CIO et par la Chine étaient claires. La Chine s'engageait à assouplir les restrictions pour les médias, avant, pendant et après les Jeux."

Symbolbild Unterdrückung der Pressefreiheit


Et effectivement les règles ont été assouplies mais seulement pour les journalistes étrangers.

Depuis le 1er janvier 2007, ils peuvent effectuer leurs recherches dans toute la Chine, ils sont autorisés à réaliser des interviews avec pour seul accord, celui de la personne concernée. Leur travail a été rendu plus facile, du moins sur le papier : nombreux sont ceux qui affirment subir encore des intimidations et des pressions diverses.

BdT Proteste gegen Gewalt in Tibet

"Du sang et des Jeux"

L'absence de couverture médiatique au moment des émeutes anti-chinoises au Tibet, en mars dernier, a été la preuve la plus flagrante de ce décalage entre les mesures prises ou promises et la réalité : plusieurs correspondants étrangers ont tout simplement été expulsés de la région. Et encore sont-ils relativement bien lotis, comparé aux journalistes chinois. Zhang Yu de l'organisation chinoise PEN, une organisation qui lutte pour la liberté d'expression :

China Tibet Mönche in Lhasa Presseführung durch Jokhang Tempel

Visite de presse organisée pour les journalistes étrangers dans un temple boudhiste

"Pour les journalistes chinois, c'est devenu encore pire. Comme pour tous les grands évènements, le département de la propagande du parti promulgue des directives pour nous expliquer comment il faut travailler. Les journalistes chinois sont, par ce biais là, encore plus sévèrement contrôlés. On ne peut pas travailler librement !. Ceux qui travaillent de manière un tant soit peu indépendante ont des ennuis. Pour certains, plus les Jeux approchent, plus les difficultés s'accroissent. Il y en a qui perdent leur travail, d'autres qui atterrissent en prison, d'autres encore se retrouvent devant les tribunaux"

Cela fait neuf ans maintenant que la Chine détient le triste record mondial du plus grand nombre de journalistes emprisonné. En ce moment, ils sont au moins vingt-six à croupir dans les prisons du pays.





  • Date 28.07.2008
  • Auteur Konstanze von Kotze
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/ElU6
  • Date 28.07.2008
  • Auteur Konstanze von Kotze
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/ElU6
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !