La Chine accusée de mentir sur son nombre de victimes | International | DW | 30.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

La Chine accusée de mentir sur son nombre de victimes

Des photos de longues files d'attente devant les crématoriums de Wuhan et le bilan humain très bas en Chine comparé aux autres pays qui luttent contre la pandémie alimentent les doutes.

Un hôpital de Wuhan pendant le pic de l'épidémie

Un hôpital de Wuhan pendant le pic de l'épidémie

Le Qingming, la Fête des morts chinoise, tombe le 5 avril. D'ici là, il faut pouvoir enterrer les morts. Pour cette raison, les crématoriums, qui avaient fermé leurs portes aux proches de victimes depuis le début de la crise sanitaire, se sont engagés à restituer les cendres.

Cette opération a donné lieu à des images publiées par le magazine économique chinois Caixin et relayées par l'agence Bloomberg.

Selon Caixin, on y voit des piles de près de 3.500 urnes funéraires stockées dans l'un des huit crématoriums que compte la ville de Wuhan, l'épicentre de la pandémie.

A l'extérieur, une autre photo montre un camion qui livre des palettes, apparemment 5.000 unités en deux jours. Certaines familles racontent également comment elles ont attendu plusieurs heures pour recevoir les cendres.

Si l'on ne sait pas quelle est la part de décès liés au coronavirus depuis l'apparition du Covid-19 à Wuhan, ces images n'ont pas manqué de faire le tour des réseaux sociaux et de raviver les interrogations sur l'honnêteté de la Chine dans cette pandémie.  

Alors que l'Italie compte déjà plus de 10.000 victimes et l'Espagne plus de 7.000, la Chine affiche un bilan de près de 2.500 morts dans la ville de Wuhan et environ 3.300 morts dans tout le pays.

Ce bilan est d'autant plus bas que l'on sait la fragilité des infrastructures de santé à Wuhan, avec des hôpitaux qui ont été débordés comme ailleurs dans le monde au plus fort de la crise.

Campagne de désinformation

De plus, la Chine est accusée d'avoir tenté d'étouffer l'apparition du virus. Selon Pékin, le premier cas date de début décembre alors que des médecins auraient alerté les autorités bien plus tôt, dès la mi-novembre.

Par la suite, les autorités chinoises ont changé leurs méthodes de comptabilisation des victimes, ce qui avait d'abord provoqué une explosion du nombre de décès liés au virus du jour au lendemain. Cette méthode a ensuite été abandonnée.

La semaine dernière, à l'issue d'une réunion du G7, le chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, a accusé le régime communiste chinois d'avoir mené une campagne de désinformation et de représenter "une menace importante pour notre santé".

Même tonalité pour Reporter sans frontière : l’ONG estime que la dictature chinoise est responsable de la situation actuelle et explique que la censure a provoqué et amplifié la crise.

RSFaffirme en effet que "si la presse chinoise était libre, le coronavirus ne serait peut-être pas devenu une pandémie".

 

Egalement à retenir :

  • En Hongrie, le premier ministre Victor Orban s'offre quasiment les pleins pouvoirs avec la "loi coronavirus". Le Parlement vient d'adopter un projet de loi controversé qui permet à Victor Orban de légiférer par ordonnances, dans un pays placé en état d'urgence sans durée déterminée.
  • Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu se trouve en quarantaine préventive depuis que l'un de ses employés a été testé positif au coronavirus.
  • Le Prince Charles est sorti de sa quarantaine. Il était atteint par le virus, se trouve en bonne santé
  • En Inde, on assiste à un exode massif de personnes qui veulent fuir le confinement.  Il s'agit de centaines de milliers de travailleurs migrants, qui n'ont plus d'activité et ont commencé à quitter les grandes villes pour se rendre dans les villages, ce qui fait craindre une propagation accélérée du virus.
  • Le navire hôpital militaire USNS Comfort est arrivé dans la baie de New York. Il dispose d'un millier de lits pour soulager les hôpitaux de la ville la plus touchée actuellement aux Etats-Unis par la pandémie.

  • Aux Pays-Bas, une toile de Van Gogh estimée à 6 millions d'euros a été dérobée aux dans un musée fermé à cause de la pandémie.
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !