La Côte d′Ivoire s′enfonce dans la crise post-électorale | Afrique | DW | 06.12.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La Côte d'Ivoire s'enfonce dans la crise post-électorale

Laurent Gbagbo, Alassane Ouattara. Deux hommes, deux présidents. Le premier a été investi au palais présidentiel à Abidjan. Le second a prêté serment par courrier. La tension est extrême.

default

Deux hommes et un fauteuil

Mais où va la Côte d'Ivoire ? Les choses sont allées très vite depuis que la Commission électorale a donné Alassane Ouattara vainqueur de l'élection présidentielle avec 54% des voix. C'était jeudi. Le lendemain, vendredi, le Conseil constitutionnel annonce que le président sortant, Laurent Gbagbo, est en tête avec 51% des suffrages, invalidant ainsi les résultats provisoires de la veille. Samedi, il est cependant clair qu'aucun des deux hommes ne compte céder le fauteuil de président.

Elfenbeinküste Wahl Laurent Gbagbo

"Que le peuple me retire sa confiance et que je subisse la rigueur des lois si je trahis mon serment"

Laurent Gbagbo est investi chef de l'Etat en présence des pontes de son parti, de sa femme et de nombreux partisans. En revanche, aucun diplomate occidental et aucun représentant de l'Onu n'était présent à la cérémonie. Mais pour Laurent Gbagbo, qui a dénoncé les "ingérences" étrangères, "la souveraineté de la Côte d'Ivoire ne se négocie pas". Un peu plus tard, à l'Hôtel du Golfe, où il a établi son quartier général, Alassane Ouattara, fort du soutien de la communauté internationale, prête serment par courrier "en qualité de président de la République de la Côte d'Ivoire".

Elfenbeinküste Wahl Alassane Ouattara

Alassane Ouattara a adressé une prestation de serment manuscrite au Conseil constitutionnel

Guillaume Soro choisit
"le camp de la vérité"

Depuis samedi, celui que ses partisans surnomment "ADO" peut par ailleurs compter sur un autre allié de poids en la personne de Guillaume Soro. Le chef de l'ex-rébellion des Forces nouvelles a en effet remis sa démission à Alassane Ouattara qui l'a immédiatement reconduit dans ses fonctions. Avec Guillaume Soro, Alassane Ouattara obtient l'appui des FAFN , les Forces armées des Forces nouvelles, ce qui n'est pas négligeable par les temps qui courent. Reste à savoir si et comment il entend se servir de cette force militaire.

L'Union africaine avalise la victoire de Ouattara

Après les Nations Unies, l'Union européenne, les Etats-Unis et la France, Alassane Ouattara a également reçu le soutien de l'Union africaine. Celle-ci a appelé au respect des résultats de la Commission électorale et a exprimé "le rejet total (...) de toute tentative visant à créer un fait accompli pour saper le processus électoral et remettre en cause la volonté populaire". En clair, l'UA a pris position contre Laurent Gbagbo. L'organisation a également décidé d'envoyer l'ex-président sud-africain Thabo Mbeki en mission d'urgence en Côte d'Ivoire. Après avoir été reçu par Laurent Gbagbo, Thabo Mbeki s'est entretenu avec Alassane Ouattara. Ce dernier lui a demandé de prier son rival de ne pas s'accrocher au pouvoir. Quant à la Cédéao, la Communauté économique ouest-africaine, elle se réunira d'urgence ce mardi à Abuja au Nigeria.

Auteur: Konstanze von Kotze
Edition: Moulay Abd'el Aziz

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !