La Banque mondiale enquête sur la gestion d′Abdoulaye Wade | Afrique | DW | 27.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La Banque mondiale enquête sur la gestion d'Abdoulaye Wade

Une mission de la Banque mondiale est à Dakar en vue d'aider le gouvernement sénégalais à recouvrer les biens mal acquis. Des biens qui auraient été détournés sous le précédent régime et placés à l'étranger.

Macky Sall et Abdoulaye Wade

Macky Sall et Abdoulaye Wade

C'est à la demande des nouvelles autorités sénégalaises que la Banque mondiale a décidé de dépêcher à Dakar cette mission d'enquête. Dirigée par le juge suisse Laurent Kasper-Ansermet, elle doit faire l'inventaire de 12 années de gestion du président Abdoulaye Wade (à droite sur la photo). Mais au sein de l'ancien parti au pouvoir, on dit ne rien avoir à se reprocher. Babacar Gaye, porte-parole du PDS, le Parti démocratique sénégalais :

« Cette mission devrait avoir la tâche très facile. Elle devrait commencer par interroger l’actuel président de la République qui a été au cœur du pouvoir de 2000 à 2008. Il ne s’agit pas de pointer du doigt ceux qui viennent de perdre le pouvoir, mais il faudrait, pour l'intérêt du Sénégal, regarder aussi ceux qui aujourd'hui sont aux affaires, qui ont été aux affaires et qui certainement ne sont pas blancs comme neige. »

Karim Wade

De lourds soupçons pèsent sur Karim Wade

Placements à l'étranger

Les autorités sénégalaises soupçonnent des personnalités du précédent régime d'avoir placé dans des banques étrangères, notamment en France, au Canada et aux États-Unis, plusieurs centaines de milliards de francs CFA, détournés des fonds publics. Selon les estimations d'organisations de la société civile, ces avoirs détournés se chiffreraient à quelque 400 milliards de francs CFA. Abdoulye Wilane, porte-parole du Parti socialiste, l'un des partis de la coalition au pouvoir :

« Pendant douze ans, au lieu de s’attaquer aux problèmes des Sénégalais et de les résoudre, les dirigeants du PDS se sont livrés à une course effrénée à l’acquisition de biens. Aujourd’hui, la gouvernance implique la transparence, et la transparence va de pair avec la traçabilité de toutes les opérations. »

Promouvoir la transparence

À ceux qui accusent l'actuel chef de l'État de s'être enrichi illicitement, Abdoulaye Wilane rétorque :

« Vouloir impliquer le président actuel dans cette affaire, c’est lui faire un mauvais procès. Car, depuis qu’il est entré en conflit avec son ancien mentor, Abdoulaye Wade, tout a été fait et tenté contre lui par l’ancien régime. Ce que le peuple veut, c’est la transparence. »

La mission de la Banque mondiale est à Dakar dans le cadre de l'initiative Star (Stolen Assets Recovery), une initiative lancée en 2007 par la Banque et destinée à aider les pays en développement à recouvrer les avoirs volés par certains dirigeants.

Écouter l'audio 02:11

Les réactions de la classe politique sénégalaise

L'Arbre à palabre (Magazine)

Archives

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !