Kinshasa s′inquiète du double langage de Kigali | Afrique | DW | 21.06.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Kinshasa s'inquiète du double langage de Kigali

Y a-t-il des Rwandais au sein de la rébellion dans l’est de la RDC ? Selon les autorités congolaises, la réponse est "oui". Elles ont mis en garde le Rwanda, dont le rôle trouble serait pointé dans un rapport de l'ONU.

Le président rwandais Paul Kagame, lors d'une visite en Corée du Sud en 2011

Le président rwandais Paul Kagame, lors d'une visite en Corée du Sud en 2011

Dans un communiqué publié à l'issue des discussions entre la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, et son homologue congolais Raymond Tshibanda en début de semaine, les deux pays semblaient avoir trouver un point d’entente. Mais le gouvernement congolais se dit étonné à présent du double langage des autorités rwandaises sur la situation sécuritaire dans l'est de la République démocratique du Congo. Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a tenu jeudi (21 juin) une conférence de presse à Kinshasa :

« Nous avions reconnu dans le discours de Madame la ministre des Affaires étrangères du Rwanda une volonté de ramener les choses à une dimension acceptable pour nous. C'est-à-dire revisiter les différentes accusations qui mettent en cause des sujets rwandais, l'utilisation du territoire rwandais. Mais en même temps, à Kigali, on a senti comme de l'exaspération du président de la République du Rwanda, donc nous nous perdons un peu en conjectures. »

Travailler ensemble pour la paix

Selon les autorités congolaises, ils seraient 200 à 300 hommes, dont des Rwandais recrutés sur le territoire du Rwanda, à gonfler les rangs des mutins congolais qui s'affrontent depuis plus d'un mois aux Forces armées de la RDC dans la province du Nord-Kivu.

DRC Rebellenführer Jean Bosco Ntaganda

Le général en fuite Bosco Ntaganda bénéficie-t-il du soutien de Kigali ?

Du côté du Rwanda, pointé du doigt, on préfère rester prudent compte tenu de la délicatesse du sujet. Pour l’heure, la priorité semble être de voir dans quelle mesure aussi bien le Rwanda que la RDC pourraient conjuguer leurs efforts pour mater la rébellion. Les autorités congolaises reconnaissent à cet effet l’importance du rôle que pourrait jouer le Rwanda.

« Nous reconnaissons que le Rwanda fait partie de la solution, affirme Lambert Mende, parce que le Rwanda fait partie du problème ! Ce sont des citoyens rwandais qui sont au cœur de la perturbation de la sécurité au Congo... les FDLR. Même ces gens du M23 qui se sont mutinés contre nous, ils ont été écrasés facilement tant qu'ils se trouvaient loin de la frontière avec le Rwanda. Le Rwanda doit éradiquer ces filières de recrutement, ces filières de ravitaillement pour que la paix revienne dans cette partie du pays. »

Cette présence présumée de Rwandais parmi les mutins congolais a en fait été révélée après la fuite d'un rapport interne d'un groupe d'experts de l'ONU sur la RDC, puis confirmée par l'ONG Human Rights Watch. Un rapport dont les États-Unis auraient tenté de bloquer la diffusion, ce que Washington nie fermement. Un diplomate du Conseil de sécurité a indiqué pour sa part que le rapport en question serait rendu public.

Archives

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !