Kenya : une région parvient à éradiquer la corruption | Afro-presse (hebdomadaire) | DW | 16.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afro-presse (hebdomadaire)

Kenya : une région parvient à éradiquer la corruption

En intégrant la population locale dans les décisions et en lui donnant la possibilité de surveiller les projets, le comté de Makueni est devenu l'un des plus performants du pays.

Destination Europe – Kapitel-Nr. 7 (LAIF)

Voilà plus de 50 ans que l'approvisionnement en eau "était le plus grand souci des habitants de Makueni", raconte la Tageszeitung. Ce comté se trouve à environ 200 kilomètres au sud de Nairobi. Désormais, un barrage a permis de retenir l'eau d'une rivière et de remplir un lac artificiel qui profite à quelque 18.000 personnes.

"C'est grâce au gouverneur et grâce à nous-mêmes", explique Tabitha Mbithi. Avant, elle passait quasiment tout sa journée à aller chercher de l'eau.

Aujourd'hui, elle fait partie d'un comité de surveillance du lac artificiel pour garantir la durabilité du barrage. Il s'agit notamment de tenir les animaux loin du lac pour éviter qu'il ne soit pollué.

C'est tout le secret de la réussite du comté de Makueni et du gouverneur Kivutha Kibwana. "Les habitants ne sont pas seulement écoutés pour les projets de développement, ils sont aussi impliqués", nous dit la Tageszeitung.

Selon le journal, "la population est rarement consultée et l'argent disparait régulièrement dans les poches des politiques, des fonctionnaires et des donneurs d'ordre." 

La grande participation de  la population aurait quasiment éliminé la corruption à Makueni. "Le chef de la Cour des comptes kenyane a désigné le comté comme le plus performant du pays".

Sans pots-de-vin, pas de projets

Ainsi, raconte la Taz, la construction d'une maternité de 120 lits à Makueni a coûté quasiment le même prix qu'un pont pour piétons passant au-dessus d'une autoroute à Nairobi.

Kivutha Kibwana a été élu en 2013. Selon lui, "sans pots de vin, la plupart des projets ne démarrent pas au Kenya." 

Depuis son arrivée, au-delà du barrage et de la maternité, une usine de transformation de fruits a vu le jour. Elle permet aux producteurs de mangue de vendre leur marchandise trois fois plus cher qu'avant.

Une nouvelle école est également sortie de terre. Tous les projets sont supervisés par la population locale qui a un droit de regard sur les dépenses. Des comités comme celui pour le lac artificiel sont élus et sans leur signature, aucune facture ne peut être honorée.

Les seuls qui ne semblent pas avoir apprécié l'élection de Kivutha Kibwana sont ses rivaux politiques. "Lorsqu'il s'est présenté, cela signifiait une confrontation avec quasiment l'ensemble du parlement local."

A la fin, ce sont les urnes qui ont fait le tri. Depuis 2013, un seul des 30 députés a réussi à garder son poste.

Ce développement fait des curieux. Des ambassadeurs et représentants de grandes organisations internationales se sont rendus sur place pour s'inspirer. Et au journal de conclure : "Makueni est en train d'écrire l'Histoire".

Cyril Ramaphosa déçoit en Afrique du Sud

La politique c'est aussi le bilan des 100 jours depuis la victoire de l'ANC aux élections générales de mai dernier en Afrique du Sud. Ce scrutin avait permis au président Cyril Ramaphosa de se maintenir au pouvoir.

Le parti ANC au pouvoir depuis 1994 avait remporté le scrutin de mai avec 57,5% des voix au niveau national.

Le parti ANC au pouvoir depuis 1994 avait remporté le scrutin de mai avec 57,5% des voix au niveau national.

Et c'est la Frankfurter Allgemeine Zeitung qui dresse ce bilan des 100 jours. Cyril Ramaphosa a lui aussi promis d'éradiquer la corruption, d'assainir les entreprises étatiques et de relancer les investissements. "Mais au lieu de progrès, une mauvaise nouvelle économique vient chasser l'autre."

La croissance est en berne, la dette explose, le taux de chômage a grimpé pour atteindre 29% de la population active. La FAZ relaie ainsi la comparaison faite par un analyste financier : 6,7 millions de personnes sont sans emploi en Afrique du Sud contre 6 millions aux Etats-Unis.

Mais les USA ont une population de 326 millions d'habitants contre 58 millions pour la Nation arc-en-ciel.  La crainte d'une mise sous tutelle financière internationale est de plus en plus présente. "L'Afrique du Sud tombe dans une crise de plus en plus profonde."