″Impasse serbe″ | Vu d′Allemagne | DW | 13.05.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

"Impasse serbe"

A la Une des quotidiens allemands : la victoire des pro-Européens en Serbie et la revendication du ministre allemand de l'Economie en faveur d'une baisse des impôts.

default

Boris Tadic, après la victoire de son parti aux élections législatives serbes


« Commençons par la bonne nouvelle », écrit la Süddeutsche Zeitung. « Les forces pro-européennes ont remporté une victoire inattendue aux élections législatives serbes. Le triomphe des démocrates et du président Boris Tadic « est le signe que de nombreux Serbes veulent tourner le dos au passé et veulent enfin appartenir à la famille de l'Europe ». Malgré un contexte difficile, dû à la question du Kosovo, les démocrates ont réussi à convaincre les électeurs se félicite le journal. La Serbie peut, grâce à une coopération plus étroite avec l'Union européenne, construire un futur meilleur et surtout un futur pacifique ».

La mauvaise nouvelle en revanche, c'est que cette victoire n'est pas suffisante note le quotidien de Munich. Le parti démocratique de Boris Tadic a certes remporté près de 40% des voix mais n'a pas remporté la majorité au Parlement. Ainsi, « les Serbes ont montré, à travers ce scrutin, dans quelle direction ils voulaient voir avancer leur pays. Ils ont sanctionné les radicaux et les soi-disant démocrates » de l'ancien Premier ministre Vojislav Kostunica. Mais, s'interroge la Süddeutsche, "est-ce que Boris Tadic va pouvoir former un gouvernement", c'est une autre question. « La Serbie reste divisée entre deux grands camps qui bloquent toute possibilité de recommencement ».

Anhänger des Präsidenten Boris Tadic

Supporters de Boris Tadic, après la victoire

Mêmes interrogations du côté de die Tageszeitung. « Impasse en Serbie », « il est trop tôt pour parler d'une victoire pour l'Europe ». Un gouvernement nationaliste reste possible.

Pour la Frankfurter Allgemeine Zeitung : les forces qui s'opposent à un rapprochement avec l'Union européenne ont obtenu une majorité, même si elle est serrée. Pour pouvoir former un gouvernement nationaliste à Belgrade, il faut que les radicaux, les socialistes et le pari de Kostunica s'entendent. « Or même s'ils partagent des positions similaires en ce qui concernent le Kosovo, ce ne sera pas facile ».

La Frankfurter Rundschau salue quant à elle l'habileté politique de Boris Tadic. « Il a soutenu pendant des mois le discours de son premier ministre sur le Kosovo. Et puis juste avant les élections, Tadic a agit ». Il a signé l'Accord de stabilisation et d'association avec l'Union européenne et ce fut là le point décisif : « les électeurs ont pris conscience que l'Europe n'était pas un mirage et que la Serbie pouvait y adhérer, si elle le voulait ».

Deutschland Bundesregierung Jahreswirtschaftsbericht Wirtschaftsminister Michael Glos

Michael Gloss, ministre allemand de l'Economie


Das Handelsblatt revient sur la proposition du ministre de l'Economie allemand Michael Gloss de baisser les impôts. « Comme par hasard, il faut que ce soit lui, premier membre du gouvernement, qui remette en question la consolidation du budget d'ici à 2012. Politiquement il a brisé un tabou ». Die Welt pense au contraire que ce tabou était brisé depuis longtemps. L'offensive de Glos permet en revanche d'en parler comme il se doit : « est-ce que quelqu'un dans ce pays peut encore s'imaginer que charges et impôts puissent être diminués ?». Où est-ce que cette sacro-sainte consolidation est le dernier mot et donc la fin de tous les espoirs ? ».






  • Date 13.05.2008
  • Auteur Konstanze von Kotze
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/Dz3z
  • Date 13.05.2008
  • Auteur Konstanze von Kotze
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/Dz3z
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !