Horst Seehofer en chute libre | Vu d′Allemagne | DW | 13.11.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

Horst Seehofer en chute libre

Le ministre allemand de l’Intérieur a annoncé, lundi, son départ à la tête de la CSU, l’Union chrétienne-sociale, parti allié d’Angela Merkel. Une démission très commentée dans la presse allemande.

Horst Seehofer a tenu à préciser tout de même, qu’il continuait d’assurer sa fonction de ministre de l’Intérieur. Sur ce départ à la tête de la CSU, la Süddeutsche Zeitung fait remarquer que Seehofer devenait de plus en plus faible sur le plan politique parce qu’il n’avait pas le courage d’abandonner au moment opportun : "Il a fini par le biais de démissions annoncées et retirées par simuler une autorité qu’il avait depuis longtemps perdu."

La Frankfurter Allgemeine Zeitung estime pour sa part que "Seehofer ne devrait pas se plaindre des critiques à son endroit". Le quotidien de Francfort rappelle que les différends avec la CDU, le parti de Merkel, sur la politique migratoire n’étaient pas un chef d’œuvre diplomatique de sa part. 

 

Dans le cas de l’affaire Maassen, du nom du l’ancien chef de renseignement Intérieur qui avait nié des chasses anti-migrants pourtant dénoncées par la chancelière, le journal fait savoir qu’il a manqué de tact dans la défense du premier. 
 

"C’est une tragédie bavaroise", s’exclament, de leur côté les Badischen Neuesten Nachrichten, pour lesquels son fauteuil de député à Berlin risque de lui échapper. 

Et c’est la Tageszeitung qui illustre en dessin l’état dans lequel se trouve Horst Seehofer. La caricature montre le chef de la CSU assis sur un fauteuil en chute libre regrettant la perte de l’autre fauteuil, mais qui se console d’avoir encore celui de son ministère. Pour encore combien de temps ? 

 

Bildkombo Benjamin Netanjahu und Mahmud Abbas (Reuters/C. Allegri)

Les groupes palestiniens, dont le Hamas, ont annoncé mardi soir un cessez-le-feu avec Israël.

La reprise des violences dans la bande de Gaza est l’autre sujet qui a suscité des commentaires dans la presse allemande. 
"Alors que le Hamas et Netanyahu s’affrontent sans but véritable, le président palestinien Abbas joue un jeu sale", explique la Taz. En affamant la bande de Gaza, Mahmoud Abbas cherche à provoquer une guerre entre Israël et le Hamas, pour finalement reprendre le contrôle.  

La Tagesspiegel, de son côté, estime que le Hamas est allé trop loin soulignant, pour terminer, les centaines de roquettes et de grenades tirées par l’organisation en direction d’Israël.