Hier soldats touaregs, aujourd′hui musiciens | Culture | DW | 26.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Culture

Hier soldats touaregs, aujourd'hui musiciens

Ils ont été entrainés dans des camps militaires en Libye, puis ont participé à une guerre contre le gouvernement malien. Aujourd'hui, ces anciens soldats touaregs ont créé leur groupe de musique dénommé « Tinariwen ».

Tinariwen

Tinariwen

Dans ses chansons, Tinariwen aborde non seulement l'aventure dans le désert, le quotidien des touaregs, mais aussi la vie en exil. Tout comme bon nombre de touaregs, le guitariste Abdallah Ag Alhousseyni, a participé à une formation militaire en Libye. Les touaregs espéraient que Kadhafi allait les soutenir dans leur lutte pour l'indépendance.

« Nous étions encore jeunes, entre 17 et 18 ans. Nous sommes venus de la brousse, jusquà chez Kadhafi directement. Nous avons abandonné les troupeaux de chameaux et de vaches et on est allé en Libye. Là-bas nous avons profité de la formation militaire et des équipements. »

Tuareg-Band Tinariwen aus Mali

Concert à Cologne le 21 avril dernier

C'est lors de leur séjour en Libye dans les années 80 qu'ils ont formé le groupe musical, Tinariwen. Leurs cassettes circulaient de manière illégale parmi les touregs – c'était en fait des bandes sonores qui invitaient á la révolte. Mina Walet Oumar, une des choristes du groupe, estime que les touaregs aiment la liberté : « il voit le désert quand il regarde loin, c'est la liberté. Le touareg, normalement, c'est quelqu'un qui est libre dans ses sentiments, dans son esprit. »

Au moment même où le groupe était sur scène à Cologne, des combats sanglants se déroulaient entre les touaregs et l'armée malienne dans le nord du Mali. Certains membres du groupe ont préféré rester auprès de leur famille et n'ont pas effectué le déplacement jusqu'à Cologne. Les membres du groupe se sont démarqués de la lutte armée, mais continuent de lutter autrement pour un Etat touareg indépendant.

« Je ne sais pas dans combien de temps, indique Abdallah Ag Alhousseyni. Ca peut être demain, ca peut être dans mille ans. Dans une situation pareille il doit y avoir plusieurs luttes : lutte militaire, lutte culturelle. Nous, nous utilisons la musique pour lutter contre les problèmes. »

Auteur : Eric Segueda
Edition : Konstanze von Kotze

Écouter l'audio 01:59
Now live
01:59 min

La musique, un instrument de lutte pour Tinariwen


Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !