Hausse du pétrole : la Commission accepte le principe des aides | Europe | DW | 20.06.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Europe

Hausse du pétrole : la Commission accepte le principe des aides

La hausse du pétrole continue à plomber les économies européennes. Face à cela, la Commission a indiqué qu'elle était prête à accepter le principe d'une aide aux pêcheurs

default

Pour le même litre de gazole, les consomateurs doivent dépenser plus de 4 fois plus qu'il y quatre ans !

Iren lehnen EU-Reformvertrag ab Stellungnahme Barroso

Après avoir refusé la proposition français de faire un geste sur les prix du pétrole, la Commission a révisé son jugement

Plus de 240% d’augmentation depuis 2004…Les professionnels dont l’existence dépend du gazole montent au créneau partout en Europe. Alors devant cette colère, la commission européenne a fait volte face : elle a donné son feu vert à l’aide aux pêcheurs qui pourra être augmentée jusqu’à 100 000 Euros par navire de pêche contre 30 000 actuellement. Le « no » irlandais a sonné comme un signal d’alarme : les citoyens européens ne sont pas convaincus que Bruxelles les protège contre les menaces de la mondialisation.

Le Président de la Commission européenne Jose Manuel Barroso a rappelé lors du sommet, que la commission ne pouvait pas résoudre à elle seule ces problèmes, mais que les états sont libres d’agir pour des mesures d’urgences. Elles n’enfreignent pas les règles sur la concurrence et les subventions que surveillent jalousement Bruxelles, tant qu’il ne s’agit que d’aide aux personnes privées. Mais ce sont bien les professionnels qui se sentent menacés dans leur existence. Des manifestations escargots se sont déroulées notamment à Paris à l’appel de la Fédération nationale des transports routiers. Un reportage de Mounia Daoudi...

Le Bosphore s’invite sur les bords du Rhin

tashihli_7.jpg

Les navires pris dans la glace, dans le port d'Istanbul...

La Turquie est cette année l’invitée de la Biennale de Bonn qui prend le nom pour l’occasion de « Bosporus », le bosphore. Histoire de découvrir toute la richesse de l’art turc contemporain : Loin des clichés et du folklore. Mais aussi au-delà des sentiers battus, comme les livres du Prix Nobel Ohran Pamuk où les films très appréciés de Fatih Akin. Pour cela pas mois de 14 pièces de théâtre ainsi que le travail de nombreux chorégraphes, écrivains, musiciens ou artistes plastiques se sont présentés pour la première fois à la critique et à la curiosité du public allemand.

Eve Minault s’est rendue pour nous à l’exposition de l’artiste turque Güslün Karamustafa où elle a rencontré Christoph Schreier, le directeur adjoint du Musée des Arts de Bonn. L’occasion de faire le point sur la scène artistique stambouliote et la place de l’art turc en Europe.

Audios et vidéos sur le sujet