Haïti : Yves Jean-Bart ignore la suspension de la FIFA | DW Sport | DW | 13.10.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Sport

Haïti : Yves Jean-Bart ignore la suspension de la FIFA

Suspendu, le président de la FHF continue d'exercer des pressions sur les footballeuses dont il aurait abusé.

Footballeuses en Haïti

Des footballeuses s'entraînent au Centre FIFA Goal en Haïti

Selon des sources liées à la fédération, grâce à l'aide de personnes qui lui sont fidèles, Yves Jean-Bart continuerait à visiter le Centre FIFA Goal, l'espace même où les joueuses auraient été abusées. Une révélation qui soulève beaucoup de questions sur l'enquête en cours de la FIFA. 

Ces allégations tournent en ridicule le processus de suspension mis en place par l'instance dirigeante du football mondial, qui a l'obligation de garantir que l'enquête menée par sa commission d'éthique reste exempte d'ingérence et d'intimidation de témoins.
Un responsable à la FHF (Fédération Haïtienne de Football), qui s'est exprimé sous couvert d'anonymat par crainte de représailles, a déclaré que Jean-Bart "a toujours une énorme influence" au sein de la fédération, avec "un contrôle total'' sur tout ce qui se passe ici.

Dans le cadre de cet article, Jean-Bart n'a pas répondu à plusieurs demandes d'interview de notre part. Par l'intermédiaire d'un de ses portes-parole, il a néanmoins nié être toujours impliqué dans les affaires de la fédération, et a déclaré qu'il s'attendait à ce que l'enquête le disculpe de toutes les allégations, y compris celles d'abus sexuels.

Yves Jean-Bart, président de la FHF

Yves Jean-Bart, président de la FHF, a été suspendu en mai puis en août derniers.


Visites nocturnes et documents sensibles

Ce responsable à la FHF qui souhaite rester anonyme a aussi déclaré que depuis sa suspension, Jean-Bart s'est rendu au centre d'entraînement à plusieurs reprises et tard dans la nuit, pour proposer aux joueuses de les aider d'aider dans leur carrière et leurs études.

"Il est venu et a organisé une sorte de rencontre avec les jeunes joueuses", a déclaré le responsable. Les quelques employés qui étaient présents sur les lieux sont proches de lui. Ils ont ouvert la barrière à Dadou pour le laisser entrer Dadou, et ce à plusieurs reprises. Une fois, il a même apporté de la nourriture aux filles. Il a été dans leur dortoir au milieu de la nuit. "Certaines des filles m'ont dit que Dadou leur avait promis qu'il faciliterait les choses si elles trouvaient des clubs intéressés à elles", a ajouté le responsable. "Il leur a également promis de les envoyer à l'université. C'est pour montrer aux filles que leur réussite dépend toujours de lui, dans le but de dissuader celles qui voudraient témoigner contre lui, ou celles qui l'ont déjà fait."

Des propos que dément Evan Nierman, le porte-parole d'Yves Jean-Bart : "C'est de la diffamation. Pas une seule fois il n'a visité le centre de formation depuis mars, et il a à peine quitté son domicile depuis la pandémie de la COVID-19, ce qui rend l'accusation aussi impossible que fausse."

Dans une note vocale partagée dans un groupe WhatsApp (dont Jean-Bart n'est pas membre) de fonctionnaires actuels et anciens de la FHF, on entend Antoine Doret, ancien directeur du Centre FIFA Goal, accuser Jean-Bart d'avoir demandé aux employés du centre de formation de brûler et de détruire des documents sensibles, prouvant entre autres  que des joueuses avaient l'habitude de sortir du centre en dehors des heures normales. Ces événements se sont produits avant la pandémie, et prouvent que Jean-Bart les aurait emmené dans des soirées. 

"La seule chose qui est partie en fumée et détruite c'est la crédibilité de ceux qui répandent sans vergogne des mensonges vicieux contre le Dr Jean-Bart", conteste Evan Nierman. "Ces affirmations sont fabriquées par des ennemis politiques, qui font des allégations fantastiques sans preuves et ne reculeront devant rien pour salir le Dr Jean-Bart et déstabiliser la fédération.''

Une manifestante réclame justice à Yves Jean-Bart

Une manifestante réclame justice à Yves Jean-Bart, accusé d'abus sexuels

Un chantage aux visas

Le mois dernier, la FIFA a prolongé l'interdiction temporaire de Jean-Bart de toutes activités liées au football. Si 'instance dirigeante du football mondial n'a pas voulu faire de commentaires spécifiques pour cet article, un porte-parole a indiqué dans un communiqué que "la FIFA a et continuera de coopérer avec les autorités nationales et internationales compétentes sur toute allégation confidentielle à la FIFA concernant des abus ou mauvaises conduites dans le football afin de traduire en justice quiconque corrompt et abuse du football.''

D'autres allégations disent que Jean-Bart aurait confisqué les passeports de 17 joueuses qu'il soupçonnait d'avoir témoigné contre lui. La DW a appris que certains de ces passeports ont des visas pour les États-Unis et n'ont pas encore été rendus à leurs propriétaires. Selon l'officiel à la FHF cité au début de cet article, des fidèles de Jean-Bart se seraient introduits dans un bureau de la fédération où les passeports des joueuses sont habituellement conservés. Ils ont profité de l'absence du responsable régulier dudit bureau pour en confisquer 17. 

Cet officiel, ainsi qu'Antoine Doret ont déclaré avoir informé la FIFA de la confiscation des passeports, qui est illégale. "La FIFA est au courant de tout", a déclaré Doret. "Elle  a beaucoup plus d'informations que nous. On peut facilement savoir quand il s'agit d'une véritable enquête et quand ça ne l'est pas. Je ne comprends plus rien à cette enquête."

Jovenel Moise, le président haïtien, en compagnie d'Yves Dadou Jean-Bart

Jovenel Moise, le président haïtien, en compagnie d'Yves "Dadou" Jean-Bart


Porte-parole d'Yves Jean-Bart, Evan Nierman a qualifié ces allégations de "fausses à cent pour cent", ajoutant que "ce sont des mensonges ridicules de la part de détracteurs qui fabriquent des allégations pour dénigrer le Dr Jean-Bart en espérant que les médias étrangers naïfs les répéteront et amplifieront de fausses informations."

Antoine Doret maintient cependant ses affirmations, arguant que les passeports et les visas font partie d'un modèle de contrôle plus étendu employé par Jean-Bart. "En Haïti, un visa américain est un difficile à obtenir", pose Doret."Dadou Jean-Bart fait du marchandage avec les visas. Généralement, c'est lui qui garde les passeports des joueuses. Et quand une joueuse veut avoir son passeport, c'est très compliqué. Dadou Jean-Bart leur dit que pour qu'elle obtienne son passeport avec le visa, elle doit coucher avec lui. C'est la stratégie qu'il utilise pour abuser les joueuses." Pour l'ancien directeur du Centre FIFA Goal, "Dadou n'est plus là [au bureau] mais il a toujours ses habitudes. Il continue à négocier et à faire chanter les joueuses. C'est grave. Et je ne sais pas comment cela va se terminer."