Manifestation du FNDC : les forces de sécurité sur le pont | Afrique | DW | 17.08.2022
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Manifestation du FNDC : les forces de sécurité sur le pont

Le Front national pour la défense de la Constitution a maintenu sa manifestation contre la transition militaire. Mais la mobilisation a été difficile.

Des policiers sillonnent une banlieue de Conakry

A Conakry, les forces de défense et de sécurité étaient déployées. Mais moins d'incidents ont été signalés que lors des manifestations précédentes.

Sous le regard vigilant des forces de défense et de sécurité quelques véhicules circulent sur l'axe le Prince. Des boutiques fermées avec une pluie qui s'abat sur la capitale guinéenne depuis plusieurs heures. Les manifestants n'ont pas pu se mobiliser comme d'habitude dans les zones réputées dangereuses. Le Front national pour la défense de la Constitution ne désarme pourtant pas

"Nous avons estimé qu'il était nécessaire que les citoyens pros démocratie se mobilisent afin qu'on prouve à ces militaires au pouvoir que la légitimité appartient au peuple" déclare Abdoulaye Oumou Diallo responsable des antennes du FNDC au micro de la DW. "C'est ainsi qu'on a appelé à une manifestation. Si vous l'avez constaté il y a eu une paralysie totale de la capitale Conakry. Les commerces sont fermés les banques sont fermées et certaines stations-services sont restées fermées."

Sous haute sécurité

"Il y a eu une paralysie totale de la capitale Conakry" (Abdoulaye Oumou)

Depuis les dernières manifestations, l'axe le Prince qui traverse les quartiers d'Hamdalaye Bambeto jusqu'à Kagbelen est surveillé par les militaires. Ce dispositif a été renforcé ce mercredi par la police et la gendarmerie. Ces forces ont sillonnées plusieurs endroits de Conakry. A Cosa, dans la commune de Ratoma, des manifestants n'ont pas manqué de se plaindre : "Ils sont tous armés", dit l'un d'eux. "On dit de sécuriser, on ne doit pas sortir avec des armes ! Si c'est ça, on peut tuer en un clin d'œil!" 

Des localités comme Labé et Mamou ont répondu à l'appel lancé par le Front national pour la défense de la Constitution. Alors qu'a Kankan et Nzérékoré les activités se sont déroulées normalement, nous ont confié des sources dans ces régions de l'intérieur du pays.