Guerre et paix... | Vu d′Allemagne | DW | 13.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Guerre et paix...

La presse allemande d'aujourd'hui revient sur la situation en Syrie, mais les journaux s'intéressent également à la distribution gratuite d'exemplaires du Coran en Allemagne par une obscure secte salafiste.

Le Coran n'appelle pas à la guerre, comme certains le prétendent

Le Coran n'appelle pas à la guerre, comme certains le prétendent

Assad est le plus intelligent des dictateurs, ironise la Frankfurter Rundschau. Car il retient les leçons de l'Histoire. Il a appris de Moubarak que trop peu de violence est fatal lorsque le peuple descend dans la rue et de Khadafi que trop de violence est fatal, lorsque l'étranger s'en mêle. Il tente alors une troisième voie : faire taire les armes juste avant que Kofi Annan n'exprime sa colère devant les Nations-Unies. Un geste destiné sans doute à Moscou et à Pékin qui peuvent maintenant argumenter que le dictateur syrien s'améliore.

Syrien Baschar Hafiz al-Assad in Frankreich

Bachar al-Assad a-t-il compris ?

Les quotidiens allemands reviennent aussi sur la polémique déclenchée par la distribution gratuite d'exemplaires du Coran dans les villes allemandes par une secte salafiste.


Face aux appels à l'interdiction de cette distribution, die Welt objecte que les rues piétonnes allemandes sont pleines de prosélytes de toute obédience qui distribuent des brochures annonçant au choix la fin du monde ou le salut de la Terre. La plupart des passants se sentent plus enclins au rire et aux ralleries qu'à la peur. Abou Nagie, l'homme d'affaires et chef de la secte salafiste de Cologne, risque fort de voir son plan tomber à l'eau. Sait-il ce que les passants recevant ce cadeau feront de cet ouvrage ? Finira-t-il ses jours au fond d'une bibliothèque ou dans l'âtre avec une bonne flambée ?

Le problème ici n'est pas l'ouvrage en lui-même mais ceux qui le distribuent, analyse die tageszeitung. Leur plan est clair : prendre en mains l'interprétation en Allemagne de ce livre saint. Malgré une présence massive sur Internet et des campagnes marketing astucieuses, les salafistes pèsent beaucoup moins lourd qu'ils veulent le faire croire et ne représentent que 0,1 à 0,2 pour cent des quelque 4 millions de musulmans vivant en Allemagne.

Koran

Le Coran n'est pas le problème

Même diagnostic à la Süddeutsche Zeitung. Ici, le problème n'est pas le livre saint, mais l'interprétation politique radicale qu'en fait cette secte. Une interprétation dirigée contre la démocratie et les Droits de l'homme et qui sert de fondement idéologique pour justifier les attentats terroristes. S'il faut veiller à ce que font les radicaux à l'ombre des mosquées, il est encore plus important de tout faire pour que les jeunes adultes, de quelque origine qu'ils soient, se sentent bien dans notre société. Dans ce cas, même la meilleure action publicitaire des radicaux ne servira de rien, conclut le quotidien de Munich.

Auteur : Christophe Lascombes
Édition : Konstanze von Kotze

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !